Positif

Nous vivons dans un monde qui est submergé par les nouvelles négatives. Or, la plupart d’entre nous ne réalisons pas que ce monde est une pure création de l’esprit – ou plutôt des médias, car une réalité « objective » » est une pure fiction. Sur les dizaines de milliards d’informations qu’on pourrait publier chaque jour, les médias (qui en Occident sont en général très fortement concentrés dans les mains de quelques grands trusts), les rédacteurs en sélectionnent quelques unes qui vont « faire vendre » et - trop souvent - ce qui fait vendre est ce qui est scandaleux, négatif voire déprimant.

Or, un autre journalisme est possible. Dans les années 70, j’ai créé avec une femme africaine remarquable, Marie- Angélique Savané, un journal de santé familiale (aucun professionnel n’aurait parié un centime la-dessus!) qui en trois ans est devenu le périodique le plus vendu d’Afrique francophone. Nous avons publié, en 1975, le premier article jamais publié sur tout le continent concernant l’excision. Nous avons été le premier journal de la région subsaharienne à parler de planning familial, d’éducation sexuelle, de l’environnement, sans parler des grands problèmes de développement.

Alors avec cette rubrique, nous vous donnons un rendez-vous hebdomadaire pour lire des informations qui vous remonteront le moral. Il va de soi que vous pouvez les diffuser aussi largement que vous le désirez en mentionnant svp la source.

Roman Ostriakov, 36 ans, n’avait pas de quoi acheter de la nourriture, alors en 2011 il vola pour moins de 5 euros de fromage et de saucisson dans un supermarché de Gênes en Italie. Il fut attrapé, jugé et reçut une amende de 100 euros et six mois de prison ferme. Une cour d’appel maintint la sentence. 

Mais en mai de cette année (les rouages de la justice vont lentement dans presque tous les pays), la cour la plus haute du pays,  La Cour Suprême de Cassation (Corte Suprema di Cassazione) émit un jugement très large soutenant qu’un vol d’aliments essentiels pour cause de survie ne constitue pas un délit !

Nous saluons cette décision et le pays où elle a été prise pour la vison morale exceptionnellement éclairée et d’avant garde qu’elle représente. Elle est un témoignage frappant du lent progrès moral qui se manifeste à l’échelle de la planète et qui constitue un encouragement très fort pour tous ceux qui croient en un tel progrès, malgré toutes les horreurs qui se manifestent encore sur cette terre.

Laurel Birch fut une artiste qui s’est apprise elle-même à peindre. Elle quitta sa maison en Californie à 14 ans avec un sac en papier et une maladie grave des os, l’ostéopétrose. Encore adolescente, elle fabriquait des colliers si originaux que les gens l’arrêtaient dans la rue pour s’enquérir de leur provenance. Ce fut le début de la carrière remarquable d’une femme exceptionnelle qui dit une fois : « Je refuse d’accueillir quoi que ce soit dans ma vie que je ne puisse transformer en quelque chose de magique et de beau. » Nous pouvons opérer la même transformation avec la bénédiction qui est une pratique précieuse pour magiquement tout transformer en beauté, quelle que soit l’apparence initiale. En voici une de Laurel.

Puissions-nous vivre la vie comme une danse sacrée
dire notre vérité à partir de notre cœur
et puiser dans notre âme notre courage. 
Puissions-nous nous tenir debout
Puissions-nous voler haut
Tout en croyant en nous-mêmes et les autres

(Texte tiré de mon prochain livre en préparation : 365 bénédictions pour guérir le monde se guérir soi-même)

Le fameux périodique National Geographic raconte l’histoire étonnante d’une équipe de chercheurs étudiaient un groupe de dauphins qui se nourrissaient près du rivage de la mer dans la région de Los Angeles, quand soudain un des dauphins quittait l’endroit où ses collègues festoyaient pour partir à toute vitesse en haute mer. Un instant après, tous les autres le suivirent. Leur vitesse augmentait de plus en plus. A environ 5 km. du rivage, les dauphins formèrent un cercle autour d’un objet sombre dans l’eau. «Quelqu’un est dans l’eau» cria un des hommes. Effectivement, le corps sans vie d’une femme flottait sur l’eau. L’équipe l’a sortit immédiatement de l’eau. Elle souffrait d’hypothermie grave et on s’efforça de la réchauffer en route pour l’hôpital de Marina del Rey.  Le médecin responsable des urgences annonça peu de temps après qu’elle s’en tirerait sans doute et  remercia l’équipe de son action rapide qui lui avait certainement sauvé la vie. Un billet trouvé dans un petit sac plastique qu’elle portait sur elle contenait une lettre indiquant qu’elle allait se suicider.

Quel mystérieux radar ou empathie étonnante permirent aux dauphins d’amener les chercheurs exactement à l’endroit où flottait la jeune vacancière allemande?
Nous ne comprenons encore pratiquement rien de cette nature prodigieuse qui nous entoure!

ahimsa1Fabriquer de la soie nécessite normalement  d’étouffer la chrysalide du papillon dans son cocon pour l’empêcher de briser les fils de soie lors de sa métamorphose. Avec la soie ahimsa, (qui signifie non-violent en sanskrit) les chrysalides sortent naturellement de leurs cocons pour se transformer en papillon. Puis les fils de soie brisés sont extraits minutieusement à la main et refilés, ce qui nécessite une patience et une précision exceptionnelles. La soie issue de ce procédé très rare s’appelle « peace silk » (soie de la paix ou soie ahimsa. Elle est tissée à la main selon des avoir ancestraux par des artisanes tisserandes de l’Inde.

Le convertisseur de plasma peut transformer pratiquement n’importe quel type de détritus – des langes sales à des armes chimiques (et annihiler les produits toxiques en même temps)  par un processus appelé en anglais « plasma gasification » Techniquement, cela se présente ainsi : un courant de 650 volts passant entre deux électrodes arrache les électrons de l’air et convertit le gaz en plasma. L’arc plasmique est tellement puissant qu’il désintègre les déchets et les réduit dans leurs éléments constitutifs en dissolvant les liens entre molécules. Le système est capable de désintégrer pratiquement n’importe quoi à l’exception des déchets nucléaires.

L’aspect peut-être le plus remarquable de ce processus est qu’il se maintient en marche lui-même, sans apport extérieur supplémentaire. Une fois que le cycle fonctionne, le gaz à environ 1000 degrés centigrades est dirigé vers un système de refroidissement qui produit de la vapeur  qui conduit des turbines qui produisent de l’électricité. Les deux tiers sont utilisés pour faire fonctionner le système, le reste peut même être vendu. (Source : www.wanttoknowinfo/inspirationalnewsarticles citant la revue Popular Science)

On se rappelle le solide scepticisme qui accueillit les premiers portables dans les années ’80. Ils étaient trop lourds, les batteries ne duraient guère, la couverture très déficiente et le coût exorbitant. Et pourtant aujourd’hui …

Certains disent la même chose maintenant de l’énergie solaire qui serait trop inefficace et ne peut marcher sans d’importants subsides gouvernementaux. Pourtant l’énergie solaire a doublé tous les deux ans depuis 30 ans à mesure que les coûts diminuaient, et certains prédisent que nous sommes à moins de six doublements (14ans) de pouvoir couvrir nos besoins en énergie à 100%. Avec les autres sources d’énergie renouvelable, des ressources renouvelables bon marché pourraient couvrir la totalité des biens de la planète en moins de 20 ans. En Allemagne et en  Espagne, au Portugal et en Australie, la production domestique n’est pas plus chère que celle fournie par les grandes centrales. Et j’ai un proche ami en Suisse habitant près de Vevey qui s’est rendu totalement autonome en énergie par une combinaison d’une isolation quasi parfaite de sa demeure et d’énergie solaire et géothermique (celle fournie par le sol). Et il a réalisé tout lui-même en travaillant les soirs et les week-ends, sans pratiquement aucune aide extérieure si ce n’est pour creuser le puits profond pour se brancher sur l’énergie du sous-sol.

Un container maritime fait 18m2 de surface. Alors Noël Constant, le génial fondateur de l’Association Carrefour-Rue qui s’occupe à Genève de ceux que la société laisse trop commodément de côté, a décidé qu’ils pourraient aussi servir à autre chose que le transport de morue séchée ou d’ordinateurs et qu’ils pourraient même servir de logement temporaire, voire semi définitif, pour les sans logis et ceux qui, en situation d’urgence, peinaient à trouver un habitat. En effet, Genève a un des taux d’appartements vacants les plus bas au monde (0.41% en 2015).

Transformés en un tour de main, ces containers possèdent le minimum nécessaire pour permettre une vie qui approche d’une certaine normalité. Il y a maintenant à Genève deux « hameaux » de 25  de ces studios mobiles (car on peut les déplacer) qui fonctionnent à merveille. Un troisième est en préparation. De plus, l’idée de les grouper en « hameaux » ajoute la dimension sociale de proximité, voire de solidarité, à une expérience que d’autres villes feraient bien de suivre de près.

Quand le fiancé de Dana Olsen annula leur mariage six semaines avant la date prévue, ce fut pour elle un terrible choc. Mais au lieu de se laisser partir en petits morceaux, elle décida de dire un grand OUI à la vie. Ayant découvert qu’elle ne pourrait recevoir le moindre remboursement des dizaines de milliers de dollars déjà allongés pour le banquet prévu, elle a approché un abri pour SDF de femmes et d’enfants de sa ville de Seattle et a organisé une grande fête avec, en plus de la nourriture, des fleurs, des bougies, un orchestre pour les occupants du foyer. Ayant entendu parler de la fête en préparation, des coiffeuses et des spécialistes du maquillage ont offert leurs services pour que chaque femme se sente, l’espace d’une soirée, comme une reine.

« De transformer mon mariage en une fête pour des femmes en transition m’a aidé à oublier que j’étais une fiancée qu’on a quitté » conclut Dana.

(Source : emaillist@peerservice.org 29.1.2016)

L’histoire de l’exploitation du pétrole au Nigéria, premier producteur d’or noir de l’Afrique, est un des plus grands drames de l’exploitation des matières premières dans le  Tiers Monde. Une alliance morbide de grands compagnies pétrolières avec des autorités politiques corrompues non seulement a laissé la population de ce pays si riche dans une pauvreté désolante, mais a conduit à des désastres écologiques sans précédent, comme dans le delta du Niger.

Ainsi selon le Programme des NU pour l’Environnement, dans la région de l’Ogoniland l’eau est polluée avec des hydrocarbures jusqu’à 5 mètres de profondeur et toutes les sources d’eau de la région sont polluées. Et dans certaines régions même, l’eau contient jusqu’à 900 fois le niveau de benzène, un cancérigène connu, autorisé par l’OMS. L’espérance de vie y est de 41 ans contre 56 pour le pays.

Un grand bon en avant se produit actuellement sur cette terre, bien plus important que celui des Chinois sous Mao. Il se fait au niveau des consciences.

Si on est tant soit branché sur ce qui se passe dans le monde (voir par exemple notre blog du 1er janvier) on ne peut manquer de le réaliser. Or, l’élévation du niveau des consciences est LA chose la plus importante pour la survie et l’avenir de notre race.

Parfois, on peut littéralement ressentir ce mouvement de fond. Juste après les attentats de Paris en novembre, il y eut un appel sur internet pour une méditation en vue de porter tous les acteurs du drame.  Je m’y suis joint et je me suis senti littéralement porté par un immense mouvement de la conscience mondiale, comme sui j’étais une petite barque sur un immense océan.

Dans son ouvrage The Immortal Mind, (L’entendement universel), Erwin Laszlo, le fondateur du Club de Budapest et l’un des plus grands esprits de notre temps, paraphrasant le poème sur les enfants de Kahlil Gibran dans son livre célèbre Le Prophète,  avance une vision pleine d’inspiration pour tous ceux qui oeuvrent à ce niveau de travail sur la conscience :

Votre conscience n’est pas votre conscience,
Elle est la manifestation du désir du cosmos pour lui-même,
Elle vient à travers vous mais pas de vous.

Nous – toute notre race – sommes portés par cette immense vague qui nous chérit et nous gardera à travers tous les soubresauts planétaires des années à venir. Ayons confiance.

Le vrai amour, quand il est vécu, inclut toujours notre prochain. Il ne peut jamais être égoïste ou exclusif.
Evan Mehlenbacher

Ceci est l’histoire d’un homme ordinaire. Il comptait parmi les plus pauvres des pauvres des Indes.  Il décida que si ceux qui étaient au pouvoir ne faisant rien pour aider les gens, lui le ferait. C’est l’histoire de Dashrath Manjhi, l’homme qui déplaça une montagne afin que le population de son village ait accès aux commodités telles qu’ hôpitaux, écoles, et emplois dans la ville la plus proche.

Les Musahars, qui vivent dans les terrains rocheux de la région de Bihar, dans le nord des Indes étaient considérés comme la caste la plus basse et à laquelle manquaient les nécessités de base : alimentation en eau, électricité, une école, un centre médical. Une montagne de 300 pieds les séparait de la civilisation. Tout commença en 1960. Dashrat Manjhi vivait alors dans le petit village de Gehlaur. Quand  son épouse tomba gravement malade, il essaya de l’amener  à   l’hôpital situé à 55 km de son habitation; elle mourut en chemin. Cet événement changea la vie de Dashrat.

Philippe Croizon a montré que le handicap n'était jamais un frein au dépassement de soi...

Ampute

Amputé des quatre membres après avoir été foudroyé par des décharges électriques, il a pourtant réussi un véritable exploit, traverser entre la France et l'Angleterre (33 km). Ce qu'il faut savoir, c'est qu'une personne valide ne réalise pas cette traversée sans un grand entrainement ! Ce que Philippe a réalisé est tout bonnement incroyable.

Et pourtant, c'était très mal engagé, il n'avait aucune condition physique lorsqu'il a décidé de tenter cette aventure, un rêve pour lui... il ne tenait même pas 2 longueurs dans une piscine !

Mais à force d'entraînement (jusqu'à 30 heures par semaine), et surtout de volonté, de persévérance et de dépassement de soi, il a réussi ce 18 septembre 2010 à relever un fantastique défi, avec un temps record par rapport à ce qu'il s'était fixé (13h13 contre 24h prévues !). Et à mettre en lumière le monde du handicap et à prouver que, comme les valides, ils pouvaient aussi réussir de grandes choses, de magnifiques exploits.

Bravo Philippe, ce défi c'est juste énorme, d'un point de vue sportif comme d'un point de vue humain ! 

(SOURCE : abc-bonheur.fr/actualites-positives.php )
Crédit photo : Leoty Xavier

 

iceman« L’homme des glaces » néerlandais Wim Hof détient 20 records du monde, y compris pour la plus longue immersion dans un bain d’eau glacée (garanti avec de gros glaçons) et en 2002 il gagna un autre record au Guiness pour avoir nagé sous la glace au … Pôle Nord. (Vive les plages des Seychelles !) Il a été l’objet de recherches rigoureuses et les scientifiques affirment qu’il a la capacité rare de pouvoir rester submergé dans de l’eau glacée plus d’une heure sans baisse significative de la température de son corps. Il est même monté à 1500m. du sommet de l’Everest en caleçon de bain et dut redescendre, non à cause du froid, mais à cause d’une blessure au pied.

La décès tragique de sa jeune épouse qui laissait quatre enfants le plongea dans une profonde dépression dont il se sortit en se lançant le défi incroyable d’entraîner son corps à ces expériences renversant toutes les théories médicales.

La bonne nouvelle pour  nous lectrices/lecteurs - et ce qui est peut-être le plus stupéfiant dans toute cette histoire - est que Wim Hof  affirme que n’importe qui peut le faire ! Il dit avoir trouvé un potentiel d’évolution non exploité caché dans le corps humain. Et par un travail de méditation, d’exercices de respiration et d’autres approches il a enseigné à des dizaines de personnes de réaliser des exploits surhumains que la plupart des gens croient impossibles. Il dit de lui-même, « Je sens que je peux contrôler  mon propre corps comme si j’avais un thermostat que je peux ajuster quand j’en ai besoin ».

L’hiver approche, cher-e-s amies et amis.
Chic ! On va pouvoir skier en caleçons de bain par les plus grands froids !

(Source : site PEERS, voir www.weboflove.org/i/iceman-wim-hof )

A cet âge, les petites filles jouent généralement avec leur poupée... mais pas Hailey Fort !

Un jour, Hailey Fort est passée devant un sans-abri quand elle avait 4-5 ans... elle a alors demandé à sa maman l'autorisation de parler avec lui. Cette conversation a bouleversé sa vie.

Après avoir parlé avec ce sans-abri... elle décide que ce n'est pas possible que cet homme ait faim alors qu'elle a tout pour subvenir à ses besoins. Alors elle a décidé qu'elle allait faire pousser des légumes pour nourrir tous ceux qui étaient dans le besoin et qui avaient faim. Elle donne chaque année environ 60 kg de légumes à la banque alimentaire de sa commune (Bremerton, dans la banlieue de Seattle aux États-Unis), avec pour ambition de doubler sa récolte très bientôt.

Mais elle ne s'arrête pas là ! Elle se dit qu'elle pourrait aussi construire des abris pour les personnes qui n'en ont pas ! Elle a pour objectif d'en créer 11 autres très prochainement, pour que personne autour d'elle ne manque d'un toit !

Et en plus, elle récolte des fonds en parallèle pour amplifier son propre mouvement !

Cette petite fille est magique ! Si jeune et déjà si investie pour le bien des autres, c'est hors-du-commun et ça réchauffe le coeur ! Bravo Hailey !!!

Compte Facebook d'Hailey 
(Notre source : un site absolument merveilleux ne contenant que de bonnes nouvelles: www.abc-bonheur.fr 
Précipitez-vous sur ce site quand vous avez le blues et surtout envoyez la référence à toute personne déprimée sur l’état du monde !)

Le pouvoir du Oui

Un auteur  et conférencier anglais, Gary Quinn, raconte dans son dernier livre, The YES Frequency (La fréquence OUI) qu’il arrive une fois devant un public pour donner une conférence et qu’il sent comme une véritable chape de plomb peser sur la salle – ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant. Il envoie un SOS à l’univers qui lui dit, « Demande à toute la salle d’inspirer profondément et de dire simplement OUI ». Ce qu’il fit, et à chaque fois que la salle disait OUI, le niveau d’éneergie augmentait de façon perceptible.

Il y a quelques années, j’ai été invité  comme conférencier à une rencontre internationale qui, après les introductions d’usage, fut ouvert par une chanteuse irlandaise à la voix d’or, Anam-Aïre Phylllida. Elle connaissait ma pratique du grand OUI, et, après sa superbe performance, me fit signe de faire dire le grand OUI à toute la salle. Je lui fis des signes désespérés que ce n’était pas le moment, mais elle annonça au public que j’allais faire quelque chose de spécial avec lui.

Le Conseil mondial du futur (World Future Council, WFC, basé à Hambourg) en collaboration avec l’Institut japonais pour des politiques énergétiques renouvelables (ISEP) et huit autres organisations de la société civile, ont posé les bases de la première campagne mondiale recommandant une énergie à 100% renouvelable. Anna Leidreiter, une des dirigeantes du WFC, explique que : « Le but est d’initier un dialogue au sujet d’une énergie 100% renouvelable et d’informer les gens de ce qui se passe dans le monde entier, prouvant que le but de 100% est tout à fait viable. » 

Vidéo: les ateliers

minivideo
Cliquer pour voir la vidéo

Lettre d'info

Ateliers

Poursuivre sa recherche de vie, trouver ou renforcer son ancrage intérieur, se recentrer...
> Présentation des ateliers
> Lien vers agenda

Entretiens

Conseil ou véritable écoute, dans un espace de liberté totale:
> Entretiens individuels

Cérémonies

entretiensiconDésirez-vous une cérémonie de mariage, des obsèques, un accueil d'enfant AUTREMENT?
Pour en savoir plus: Cérémonies

L'Art de Bénir

Au réveil, bénissez votre journée, car elle déborde déjà d’une abondance de biens que vos bénédictions font apparaître (...)
Lire la suite

Ouvrages de Pierre Pradervand

Pierre est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages parus en 13 langues. Découvrez les sur cette page.

Témoignages

Des participants à nos ateliers nous ont offert quelques témoignages touchants, à découvrir sur cette page

Contact

Vivre Autrement de Pierre Pradervand
Tél. +41 (0)22 784 15 71
ou +41 (0)79 360 30 61
Envoyer un e-mail à Pierre