Positif

Nous vivons dans un monde qui est submergé par les nouvelles négatives. Or, la plupart d’entre nous ne réalisons pas que ce monde est une pure création de l’esprit – ou plutôt des médias, car une réalité « objective » » est une pure fiction. Sur les dizaines de milliards d’informations qu’on pourrait publier chaque jour, les médias (qui en Occident sont en général très fortement concentrés dans les mains de quelques grands trusts), les rédacteurs en sélectionnent quelques unes qui vont « faire vendre » et - trop souvent - ce qui fait vendre est ce qui est scandaleux, négatif voire déprimant.

Or, un autre journalisme est possible. Dans les années 70, j’ai créé avec une femme africaine remarquable, Marie- Angélique Savané, un journal de santé familiale (aucun professionnel n’aurait parié un centime la-dessus!) qui en trois ans est devenu le périodique le plus vendu d’Afrique francophone. Nous avons publié, en 1975, le premier article jamais publié sur tout le continent concernant l’excision. Nous avons été le premier journal de la région subsaharienne à parler de planning familial, d’éducation sexuelle, de l’environnement, sans parler des grands problèmes de développement.

Alors avec cette rubrique, nous vous donnons un rendez-vous hebdomadaire pour lire des informations qui vous remonteront le moral. Il va de soi que vous pouvez les diffuser aussi largement que vous le désirez en mentionnant svp la source.

waterseer

Un machine créée par une équipe de Californie peut produire largement plus de 1000 litre d’eau par jour qu’elle produit…en la tirant de l’air environnant ! Les inventeurs de la machine qui s’appelle « Skywater machine »  (machine eau du ciel) viennent de remporter un prix d’un million et demi de dollars. Elle accomplit ce tour de force en condensant la vapeur contenue dans l’atmosphère et la transformant en eau potable. Un des responsables de la «Skysource/SkywaterAlliance » qui a produit la machine, David Hertz, pense avec raison que cet appareil pourrait être d’une immense utilité dans toutes les régions du monde qui manquent d’eau. Hertz estime qu’à tout moment il y a 37,5 milliards de gallons (1gallon = 3,745 litres) d’eau dans l’atmosphère, soit plus que toutes les rivières de la planète !

Bye-bye Perrier, Nestlé, Evian, Wallser, Badoit et autres eaux minérales. Etanche ta soif, chez Skywater c’est gratis !

(SOURCE : Join 2,645 caring and inspired subscribers to this list. Subscribe here for one inspirational e-mail a week) La Newsletter (en anglais) de PEERS est la meilleure source d’informations positives que je reçois.

positivnov18Depuis l’âge de 16 ans, Boyan Slat rêvait déjà de nettoyer les océans. Son rêve est né lors d’un voyage en Grèce au cours duquel, lors de ses plongées dans la mer, il rencontra plus de plastiques que de poissons. Après cinq ans de recherches intenses, Boyan, maintenant 23 ans, a inventé ce qui constitue le premier système de nettoyage des océans actuellement en train d’être testé. Son « Système 101 - une barrière flottante longue de 600m – a quitté il y a quelques semaines la baie de San Francisco en direction d’un des continents flottants de déchets du Pacifique qui empoisonnent littéralement les mers du globe. Si ce premier essai fonctionne comme Boyan l’espère, une armada de quelque 60 systèmes similaires pourrait réduire la taille de ce continent flottant - un des plus grands du monde - de 50% d’ici 2025. Boyan a fondé son entreprise – « The Ocean Cleanup » a l’âge de 18 ans seulement. Parce que son système est solide plutôt que constitué de filets, il devrait éviter que la vie marine ne se prenne dans les mailles des filets. L’espoir est que le plastique s’accumulera derrière la barrière d’où des navires pourront le collecter pour le recyclage qui se fera à terre.

(Revue Time, 7/9/18)

Le recyclage suédois est tellement efficace que le pays doit importer des détritus pour continuer à faire fonctionner ses usines de recyclage ! En 2017, moins de 1% des détritus furent envoyés aux décharges. Cec est dû à une culture de soin pour l’environnement très en avance sur la plupart des pays. C’était un des premiers pays à taxer  lourdement les énergies fossiles en 1991 déjà et maintenant le pays produit pratqiement la moitié de son énergie à partir de ressources renouvelables. Une campagne nationale intitulée « Miljönärvänlig »a depuis des années promu la notion qu’il y a beaucoup à gagner en réparant, partageant et réutilisant les choses. 

(Source : www.independant.co.uk)

SfruttaZero

Nos « délicieux » fruits et légumes d’Italie sont souvent produits dans des conditions d’exploitation effroyables. Les ouvriers travaillent parfois 12 heures par jour sous un soleil torride jusqu’à tomber d’épuisement. Les conditions imposées par l’agromafia défient l’imagination pour un pays de la CE : pas de contrat, salaire de €22 à 30 par jour (moins que la moitié du salaire minimum légal) violence, chantage, papier confisqués sans motif, des gants de travail vendus à des prix exhorbitants sans parler de la nourriture qu’ils doivent acheter à l’employeur. Face à cet monstueux Goliath, un minuscule David s’est dressé : SfruttaZero, une compagnie de production de jus de tomate qui vise une chaîne de production « propre » et qui collabore avec des activistes de groupes citoyens comme Dirriti a Sud (Les Droits au Sud) et Solidaria dans la région de Puglia, la plus fortement manipulée par l’agromafia.

Les pots de jus de tomate sont vendus par des réseaux de vente éthique ou Fuori Mercato, un réseau de vente national travaillant en dehors des canaux commerciaux habituels. La marque SfruttaZero commence à être connue et des demandes proviennent déjà de l’étranger (Allemagne, France, Autriche). En plus, les jeunes activistes qui soutiennent le mouvement ont suivi des formations agricoles et n’utilisent pas de produits chimiques dans leurs champs. Comme on l’imagine sans peine, ils doivent faire face à des obstacles qui défient l’imagination car leurs coûts de production sont évidemment beaucoup plus élevés. Pour l’instant, c’est un minuscule ruisseau face aux géants de l’agromafia, mais comme le dit un proverbe africain, « Beaucoup de petits ruisseaux font le grand Zambèze ». Un jour, les torrents de boue sale de l’agromafia seront emportés par un Zambèze citoyen dont vous et moi pouvons faire partie par nos achats quotidiens.

Source de l’information : Corriere della Sera (un des plus grands journaux italiens), relayé par le Christian Science Monitor de Boston, USA, mondialement réputé pour l’intégrité de son journalisme.

P.S : Nous envoyons ce blog à la MIGROS et la COOP en Suisse, avec copie à Public Eye, et nous vous tiendrons informés sur les réponse qu’ils nous donnent à la question : d’où viennent le tomates dont sont faites les sauces tomates que vous vendez?

robinet

Il est souvent dit qu’on ne tire pas quelque chose à partir de rien, mais Cody Friesen l’a peut-être réalisé. Pour me le montrer, Friesen m’invite à une maison sur une colline. Nous prenons chacun une tasse d’eau qui coule d’un robinet. L’eau est fraiche et délicieuse - et fut littéralement tirée de l’air. Le robinet est relié à un tuyau flexible qui conduit au toit de la maison. On y trouve deux engins à Friesen appelés en anglais « Source Hydropanels » , (terme difficile à traduire qu’on peut rendre : « panneaux pour l’eau à la source »). Ils ont l’air de panneaux solaires montés sur une boîte. Le système extrait l’humidité de l’air  et peut atteindre cinq litres par jour. Friesen pense que des installations de ce type pourraient fournir une eau propre de qualité pour les maisons, les écoles, les entreprises. Friesen a déjà installé son système dans huit pays, qui incluent l’Equateur,

la Jordanie, le Mexique et les Philippines. Aux USA ses panneaux collectent de l’eau au Centre Energétique de l’Université Duke en Caroline du Nord, un immeuble de bureaux à Santa Monica en Californie… et une poignée de maisons et d’écoles en Arizona, où, malgré un taux d’humidité minime, son système produit à peu près la même quantité d’eau que dans des climats plus humides. Le système aspire l’air ambiante par un ventilateur. Des nano-matériaux spéciaux absorbent l’eau. Le panneau solaire aide à séparer l’eau de la nano-matière. Après qu’elle s’est condensée elle s’écoule à travers un bloc qui ajoute un peu de magnésium et de calcium, éléments que l’on trouve normalement dans l’eau potable. (Source : Magazine Forbes,  15 novembre 2017).

sdf

Le problème des SDF  atteint des proportions épidémiques dans la plupart des pays européens. La seule exception est la Finlande, où le nombre de SDF a décliné de 18'000 il y a 30 ans à 7'000 aujourd’hui - et encore ce dernier chiffre compte 5000 SDF qui logent chez des amis ou de la famille.

Au cœur de cette approche était l’abandon du vieux modèle de gestion du problème qui faisait qu’un SDF passait d’un programme de réhabilitation sociale à un autre à la fin duquel il recevait un logement et l’adoption d’une nouvelle approche ou on offrait un logement dès le départ.

Cette dernière s’était fixé l’objectif de couper le nombre de SDF de moitié - objectif qui a été largement dépassé. Cerise sur le gâteau, le programme diminue les frais de façon drastique. L’économie est de 18'500 CHF (environ €16'500) par personne.

commcenter

La Chine mène le monde dans la création d'une société sans argent liquide où les gens peuvent payer pour énormément de choses avec un geste de leurs portables - y compris des dons aux mendiants - et même d'acheter des choses à des automates avec la simple reconnaissance faciale. L'Inde s'efforce de suivre. Ce sont des tendances importantes dans un monde où l'information est le nouveau pétrole. La Chine et l'Inde sont en train de créer d'immenses réservoirs d'informations digitalisées en vue de la mise sur pied de nouvelles formes d'éducation, d'assurance médicale, de loisirs et d'opérations de banque. Aujourd'hui de nombreux paysans indiens peuvent aller à l'un des 250'000 centres communautaires du gouvernement, chacun ayant le wi-fi, un ordinateur et un manager, et grâce à son numéro d'identité unique imprimer un certificat de naissance où un document prouvant qu'il est propriétaire de son champ.

Quebec

Les québecois ayant une restriction sérieuse à leur capacité de travail auront accès dès cette année à un revenu minimum garanti, a annoncé Philippe Couillard, premier ministre du gouvernement. La mesure fait partie d'un plan d'action de $3 milliards pour combattre la pauvreté et encourager la participation à l'économie. Même si on est encore loin du revenu minimum de base garanti, c'est un pas solide dans la bonne direction. Ce sont surtout ceux avec des problèmes physiques on un manque intellectuel qui seront concernés. La grande majorité des personnes concernées vivent seules.

portugal

C'est dans les années '80 que les drogues se sont abattues toutes en même temps au Portugal.  Et à un moment on estime qu'une personne sur 10 s'y adonnait, toutes couches sociales confondues. C'était la panique. Mais en 2001, le Portugal devint le premier pays au monde à faire le pas vers la décriminalisation de la possession et de la consommation de toutes les substances illicites. Plutôt que d'être arrêtés, ceux qu'on attrapait avec des drogues  recevaient un avertissement ou devaient apparaître devant une commission locale composée d'un médecin, d'un avocat et d'un  travailleur social - au sujet des traitements disponibles et des services pouvant les aider.  La crise des opiacés se stabilisa et les années qui suivirent virent une baisse dramatique dans l'usage problématique des drogues, du VIH, des taux d'infection hépatiques, des surdoses, des crimes reliés à la drogue et des taux d'incarcération. D'un taux dépassant 104 nouveaux cas par million, le taux d'infection du VIH plongea à 4,2 en 2015.

Mais ce volte-face total dans l'usage des drogues n'aurait jamais pu s'opérer sans un bouleversement culturel profond et une modification de la façon dont le pays voyait les drogues. Pourtant malgré ces résultats tangibles étonnants, les autres pays n'ont emboité le pas au Portugal.

(Source : The Guardian,  5/12/2017)

route

Pour pouvoir donner une seconde vie aux plastiques qui sont retrouvés dans les océans, une entreprise hollandaise a décidé de construire des routes à base de plastique. Décryptage.

PlasticRoad

Appelé PlasticRoad, ce projet a pour but de développer une toute nouvelle approche du monde routier à travers la réalisation de routes en déchets de plastiques récupérés. L'idée est plus précisément de créer des blocs en plastique pour ensuite les emboîter en usine avant de créer des portions de routes comme des Lego. L'objectif de ce système est simple. Tout d'abord, cela va permettre de recycler une grande quantité de déchets plastiques provenant des océans. Il y a de la matière première pour des kilomètres de voirie. Ensuite, ce processus doit permettre de réduire de manière drastique les coûts liés à l'environnement.

Des avantages certains

Le fait de travailler avec un matériau de ce type possède des avantages certains. D'une part, l'usage de ce type de produit faciliterait au quotidien l'entretien et la maintenance de ces routes. Ainsi, dès lors qu'une portion de route est abîmée ou détériorée, il faudra tout simplement beaucoup moins de temps pour la changer. Alors que cela prenait plusieurs mois à changer auparavant, il ne faudra que quelques semaines pour pouvoir installer ce nouveau type de revêtement. On estime la réduction du temps à 70 %. D'autre part, à l'usage, les routes seraient également visiblement plus résistantes et plus solides. La durée de vie serait 2 à 3 fois plus longue. Ainsi, une route fabriquée avec des déchets plastiques est bien plus facile d'utilisation qu'une route en bitume.

(Source: www.consofutur.com/routes-fabriquees…)

armless

Madan Lai de Haryana en Inde est né sans bras mais grâce à sa ténacité et son courage décida de se débrouiller pour vivre une vie « normale » malgré son handicap. Jeune, presque toutes les écoles refusèrent de l’accepter mais à 23 ans il décida qu’il allait devenir … tailleur. Il eut toutes les peines du monde à trouver un tailleur. Le premier qui accepta même de discuter avec lui objecta qu’il ne pourrait jamais coudre sans bras. Madan le supplia de lui donner une chance. Au bout  de 10 a 15 jours il se débrouillait déjà bien, et maintenant il a ouvert sa propre boutique où il vend ses propres créations.

Un courageux de plus qui a dit un OUI vigoureux à la vie là où la plupart diraient le NON de la complainte.

 

sandak

Le Dr. Sandak Ruit, un ophtalmologue népalais, a mis au point une technique de microchirurgie qui permet en cinq minutes de redonner la vue à un aveugle. A ce jour, lui et sa petite équipe ont rendu la vue à largement plus de 150'000 personnes, le tout pour le coût dérisoire de  €25 par opération – et cela avec un taux de succès de 98%, qui est le même taux que les ophtalmologues occidentaux obtiennent avec des machines ultra sophistiquées pour un coût infiniment plus cher. Sa méthode est tellement remarquable qu’elle est enseignée dans les meilleures écoles de médecine des Etats-Unis. Son Institut d’Ophtalmologie de Tilganga a développé une lentille qui coûte $3 par lentille, comparé à plus de $200 pour une lentille identique en Occident.

Initialement, l’opposition du corps médical établi était tellement forte qu’il devait opérer en cachette. Et maintenant sa technique est tellement reconnue que l’armée américaine l’a embauché pour donner des cours à ses propres chirurgiens !

trainvirtuel

Le génie de l’homme ne semble pas avoir de limites. Dans la cité de Zhuzou en Chine on a présenté un moyen de transport public – sorte de mini-métro -  d’environ 30 mètres de long avec des senseurs qui détectent les dimensions d’une route et lui permet donc de suivre des parcours sans que des rails soient nécessaires. Chaque véhicule peut contenir plus de 300 passagers. (Une rame du métro de Lausanne peut en transporter 222). Il circule sur les routes plus facilement qu’un autobus, tout en étant plus adaptable qu’un train. Il a une vitesse maximum de 70km/h. Au lieu d’avoir des roues en acier comme un train, il a des roues en plastique attachées à un moyeu en plastique relié au système de guidage.

positif15nov17

Dans nombre d’écoles américaines, quand un enfant est désobéissant, il est souvent envoyé chez le directeur qui le punit, et qui peut aller jusqu’à appeler ses parents ou même le suspendre pour un temps.

Quelques écoles de Baltimore ont décidé de faire autrement. Elles ont créé une salle de méditation où les élèves en question peuvent se calmer. Appelée « Chambre pour moment de pleine conscience » elle est équipée avec de grands coussins confortables et des lumières tamisées Les élèves font des exercices spéciaux avec des enseignants formés à cela. On encourage les écoliers à utiliser la respiration pour se calmer et à discuter des émotions qui ont conduit au problème. Et l’étudiant discute avec l’enseignant-e comment utiliser ces techniques pour prévenir un autre incident similaire dans l’avenir.

Après 20 minutes environ, les élèves montrent des signes évidents de relaxation et de calme. Deux fois par jour, le système de haut-parleur de l’école diffuse des exercices de respiration et les étudiants sont également invités à participer à des classes de yoga.

L’impact de ce programme a été très remarquable avec une baisse dramatique des incidents disciplinaires.

(Source :Miami Herald, Floride)

1nov17posit

Imaginez que votre ville, bourgade ou commune  accueil deux fois le nombre de ses habitants ! C’est pourtant ce qu’a fait la petite île de Tilos, un petit havre d’humanité agissante de 500 habitants perdue dans l’immensité de la mer Egée.

Depuis sept ans, cette bouée d’humanité profonde, sous l’impulsion de son étonnante maire, Maria Kammos, reçoit un flux constant de réfugiés. A plusieurs reprises, ces derniers sont aussi nombreux que les autochtones. Et au lieu de les voir comme menaçant leur paix, les habitants de l’île vont se mettre en quatre pour récupérer et transformer les bâtiments vides pour les accueillir. La population adopte avec enthousiasme l’idée d’accueillir avant tout les cas les plus difficiles -  des familles avec de nombreux enfants en bas âge et sans moyens.

Avec la collaboration du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, ces premières familles particulièrement fragiles arrivent des quatre coins de la terre dès 2016. Dès le début, les habitants font absolument tout pour les intégrer. On leur donne des cours de grec et d’anglais, d’une part pour leur permettre de vraiment s’intégrer socialement, et l’anglais pour ceux qui voudraient repartir plus tard.

Quand on fait remarquer à Eleni, responsable du centre d’accueil, à quel point le comportement des habitants de l’île est exceptionnel, elle répond avec une modestie frappante, « Nous ne sommes pas des êtres exceptionnels. Nous avons fait le strict nécessaire que nous impose notre humanité commune. »

(Source :Humanité Dimanche du 5/8/17) 

smileyDans un récent livre d’un scientifique connu, Dr. David Hamilton, ce dernier avance, preuves à l’appui, qu’aider son prochain ralentit le processus de vieillissement et rend plus heureux (fini la charité pour accumuler des bons points au ciel !)

Quand nous vieillissons, notre système immunitaire s’affaiblit. Mais des études très sérieuses ont montré que de donner et de recevoir de la bonté renforce le système immunitaire ! Une attitude positive face à la vie permet de récupérer plus rapidement de la maladie et renforce notre capacité de résistance face à la maladie. La bonté peut même ralentir la formation de rides sur la peau ! Des groupes de molécules instables appelées radicaux libres produisent dans le corps un symptôme appelé « stress oxydatif », qui cause de méchantes réactions physiologiques comme le durcissement des artères et la perte de mémoire, sans parler de symptômes visibles de vieillissement. Mais l’expression de la bonté  produit une substance appelée oxytocin, connue aussi sous le nom d’ »hormone de l’amour », vu que nous en produisons plus quand nous ressentons ou faisons l’amour ou avons des contacts positifs avec les autres. Une étude menée à l’Université de Californie à Riverside demanda des volontaires pour accomplir cinq actes de bienveillance par semaine pendant six semaines, ce qui incluait des dons du sang, payer pour la parking de quelqu’un ou visiter une personne âgée. Ceux qui avaient accompli les actes de bienveillance testaient plus heureux, selon des tests psychologiques reconnus, que le groupe de contrôle qui avaient vécu comme à l’accoutumée. (La fin du test aura lieu dans 70 ans… quand les membres du  premier groupe seront devenu des centenaires – mon commentaire !)
(Source : PEERS inspiration liste, 21/3/17)

 

Vidéo: les ateliers

minivideo
Cliquer pour voir la vidéo

Lettre d'info

Ateliers

Poursuivre sa recherche de vie, trouver ou renforcer son ancrage intérieur, se recentrer...
> Présentation des ateliers
> Lien vers agenda

Entretiens

Conseil ou véritable écoute, dans un espace de liberté totale:
> Entretiens individuels

Cérémonies

entretiensiconDésirez-vous une cérémonie de mariage, des obsèques, un accueil d'enfant AUTREMENT?
Pour en savoir plus: Cérémonies

L'Art de Bénir

Au réveil, bénissez votre journée, car elle déborde déjà d’une abondance de biens que vos bénédictions font apparaître (...)
Lire la suite

Ouvrages de Pierre Pradervand

Pierre est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages parus en 13 langues. Découvrez les sur cette page.

Témoignages

Des participants à nos ateliers nous ont offert quelques témoignages touchants, à découvrir sur cette page

Contact

Vivre Autrement de Pierre Pradervand
Tél. +41 (0)22 784 15 71
ou +41 (0)79 360 30 61
Envoyer un e-mail à Pierre