Un mode de sourds muets

blog15nov17

Fort peu d’entre nous voudraient être privés de leurs portables qui sont certainement une des inventions les plus étonnantes et utiles de la technologie moderne. Mais, selon l’usage qu’on en fait, ils ont aussi des aspects moins reluisants, notamment d’enfermer tant de personnes dans leurs bulles où ils ne sont même plus conscients de leur environnement. Ajouté à cette civilisation où de plus en plus les gens vivent au pas de course, cela nous rend de moins en moins sensible à notre voisin.

Cela me rappelle un incident concernant le fameux pont Golden Gate de San Francisco, un des ouvrages architecturaux les plus célèbres du monde … et aussi un emplacement qui connaît des records mondiaux pour les suicides.

Il y a quelques années, un homme encore très jeune, John Kevin Hines, traversait le pont en pleurant, pensant se suicider. Les larmes coulaient comme un ruisseau sur son visage. Il rencontre un groupe de touristes et un touriste vient vers lui, appareil de photo au poing et, sans même réaliser que John pleurait, lui demande. « Pouvez-vous me photographier ? » John Kevin s’exécute, prend trois grands pas en arrière et  saute en bas du pont. 

Il est une des très rares personnes à avoir survécu à ce geste. Après sa tentative manquée, il racontait qu’il s’était dit que si une seule personne lui souriait, il ne commettrait pas ce geste.

Alors, ne devenons pas une culture d’autistes. Sachons nous relier en silence à ceux qui nous entourent. Par exemple, en les bénissant constamment. Cela pourrait aider quelqu’un qui souffre. Et cela vous procurera une joie intérieure profonde. Croyez-moi sur parole – je le fais depuis trente ans !

blog1nov17

Nous sommes tous conscients que nous vivons dans la société du superflu, du tout jetable, où l’abondance des choix est telle pour presque n’importe quoi qu’elle relève pratiquement de la psychiatrie. Comment choisir entre 112 paires de baskets ou 183 teintes de rouge à lèvres ?  C’est Orson Wells qui disait il y a déjà des décennies que  « Les gens savent le prix de tout mais la valeur de rien ».

Dans cette culture de l’abondance, nous recevons tous des cadeaux dont nous ne savons que faire. Qu’allez-vous faire si votre oncle vous offre votre 12è paire de Nike avec un système qui permet de jouer « When the saints go marching in » de Louis Armstrong tout en joggant ? Ou si pour votre 75è anniversaire votre ancien patron vous donne un bon d’achat prioritaire qui vous permettra d’être un des premiers récipiendaires de l’i-phone 10D-le-P déjà en train d’être programmé dans le plus grand secret à Silicon Valley et qui permettra de converser directement avec Dieu, disent-ils ?

Alors recyclez gaiment. Je le fais depuis de nombreuses années, sans aucune mauvaise conscience, bien au contraire. Livres, vêtements, chocolats, bons d’achat … tout y passe dans la plus grande sérénité et cela fait le bonheur profond de personnes qui souvent en ont vraiment besoin, comme des détenus sortis de prison ou la bonne philippine d’une très chère amie qui les envoie chez elle (ou même les porte elle-même). Mais je les redonne aussi à de bons amis, voire la famille : au lieu de les stocker au fond d’une armoire, cela soulage l’environnement … et ma conscience.

Alors JOYEUX RECYCLAGE chère lectrice, cher lecteur !

 

penseur

Byron Katie, qui est la personne que j’admire le plus au niveau international dans le domaine du développement personnel (voir son grand best seller Aimer ce qui est ), dit que le problème numéro un dans le monde n’est pas la faim ou les guerres ou même l’environnement, mais … la confusion.

En effet, nous vivons dans un monde où la confusion n’a sans doute jamais été aussi répandue et présente qu’aujourd’hui. Que ce soit dans le domaine de l’éducation des enfants, des thérapies quasi infinies pour nos maux physiques et psychologiques, les placements bancaires, de la diététique, le type de société que nous voulons construire, l’immigration …prenez presque n’importe quel thème, les opinions sont infinies. Ceci est entre autres dû 

  •  à l’effondrement de presque toutes les anciennes certitudes et des autorités traditionnelles, du pasteur à l’enseignant ou au médecin, 
  • -à un monde où tout change, en même temps, dans tous les domaines, à toute vitesse (surtout l’information) et 
  • -à la présence d’internet qui permet à tout un chacun, d’être relié de pratiquement n’importe quel coin du monde aux informations du monde entier. Un petit exemple de cette confusion : j’ai suivi avant Noël une brève introduction à la diététique à l’hôpital universitaire de Genève, où on nous indiquait une série de poissons, dont le thon rouge, qui remplaçaient favorablement la viande. Quelques jours plus tard je reçois d’une source fiable une information me disant que le thon est un des poissons avec le plus forte teneur en mercure de la planète, surtout le thon rouge ! 

Devant ce monde de confusion planétaire constante, ce plus en plus de personnes réalisent que le seul endroit où ils peuvent trouver une certaine stabilité est… en eux-mêmes. C’est là que vous trouverez votre ancrage intérieur. Avec tant d’autres formateurs, c’est ce que nous tâchons de faire depuis 25 ans avec nos stages Vivre Autrement. Cette recherche d’ancrage intérieur est certainement aussi une des principales causes de l’explosion de la recherche spirituelle dans le monde, surtout en Occident. Celle ci-prend tant de nouvelles formes et chacun peut trouver l’approche non confessionnelle ou « inter-spirituelle » pour utiliser ce nouveau terme qui nous vient des USA. Et dans ce domaine, comme dans tant d’autres « cherchez et vous trouverez » (si vous êtes persévérants et sincères).

PS : Pour ceux qui seraient intéressés, je participe moi-même à un groupe qui s’appelle « Cercle de bienveillance et de gratitude » qui se réunit deux fois par mois pour faire un travail spirituel pour des individus et le monde. Pour toute demande d’information, me contacter :  pierre@vivreautrement.ch 

robot

Il y a quelque temps, un titre du New York Times, probablement le journal le plus connu de la planète, clamait : »Au Japon, un moine robot mélange spiritualité et intelligence artificielle » et les gens pouvaient « le » ( ?) consulter pour des réponses à leurs angoisses métaphysiques. Plus près de chez nous, Le Temps affirmait : »Un robot pourrait refuser de payer ses impôts ». Alors d’ici que votre beau-fils robot vienne prendre le thé chez vous… Mettra-t-il au moins sa plus belle cravate ?

Déjà dans certains domaines de la médecine, des machines intelligentes posent déjà des diagnostiques avec des taux de succès supérieurs à ceux de vrais médecins. Alors pour parer au manque grave de prêtres, l’Eglise catholique va-t-elle introduire des robots pour prêcher les sermons du dimanche et enseigner le catéchisme?

Le débat sur l’intelligence artificielle fait rage depuis des années, et déjà en 1999 un des futuristes les plus connus de la planète et maintenant un directeur de recherche chez Google Ray Kurzweil, publiait son livre « The Age of Spiritual Machines »  (L’âge des machines spirituelles) où il prédisait qu’un jour nous serions réduits au rôle d’animaux domestiques  de nos robots super-intelligents ! Alors oui, les aspects positifs de l’IA sont immenses – et leurs dangers aussi. 

Qu’est-ce qui fait la grandeur de l’homme ? Ne serait-ce pas avant tout d’avoir une conscience ? C’est là me semble-t-il que l’on doit dresser la frontière. C’est là ce qui permet à l’homme de se relier à sa source « divine ». Je me demande si  même le robot le plus sophistiqué pourra jamais avoir une conscience. 

Alors d’accord pour l’inviter au thé chez moi avec ma belle-fille. Mais de là à le laisser prêcher le sermon du dimanche (auquel je n’assiste plus depuis bientôt 60 ans) il y a un pas que je ne suis par encore prêt à franchir.

gratitude

Depuis quelques années, un nombre croissant de recherches scientifiques montrent que la gratitude a un impact positif sur de nombreux domaines de la vie. C’est un des plus remarquables outils gratuits que chacun-e a à sa disposition 24/24h, 365 jours par année.

Dans le domaine de la santé, elle peut améliorer le sommeil, augmenter la longévité et le niveau d’énergie et les gens sont moins souvent malades. Mais la gratitude a également un impact positif au niveau émotionnel (plus détendu et moins envieux entre autres) ainsi qu’au niveau social (elle améliore nettement les relations de couple, approfondit l’amitié, rend plus bienveillant,) et finalement, au niveau de la personnalité, elle améliore l’estime de soi, rend plus optimiste et surtout bien plus heureux.

Parmi les approches pour augmenter sa gratitude, un grand classique est de tenir un journal quotidien de gratitude où chaque soir on écrit les événements pour lesquels on est particulièrement reconnaissant dans la journée. Une autre approche, c’est de faire par écrit une liste de toutes les choses dans votre vie pour lesquelles vous pouvez être reconnaissant  et la revoir périodiquement. Apprendre à dire merci pour absolument tout est peut-être la démarche la plus puissante dans ce domaine. Personnellement, chaque matin, dès que le réveil sonne, je dis un merci ressenti (ceci est la clé de toute vraie gratitude, qui est au niveau du cœur) d’abord d’être simplement en vie. Puis je dis : quelle grande et glorieuse m’aventure m’attend aujourd’hui ? avec une anticipation reconnaissante, et je répète le proverbe amérindien : « Rends grâces pour les bénédictions inconnues qui sont déjà en route » et quelques autres phrases de ce type.

Essayez. Cela ne coûte rien et pourrait contribuer à changer votre existence.

 

PNB ou BNB?

bouthan

Vous trouverez avec ces lignes un film exceptionnel.  J’espère que vous prendrez toutes et tous le temps de le visionner, malgré sa longueur (1h.30) C’est un film qui expose de façon très claire certains des plus grands défis de notre époque, surtout pour nos sociétés, notamment de passer de ce veau d’or que nos économistes, politiciens et banquiers ont déifié depuis 50 ans le PNB (Produit National Brut) au BNB (Bonheur National Brut) qui seul peut donner un sens à l’économie dominante devenue malade de l’argent. (C’est une maladie chronique qui est mortifère autant pour nous que pour la planète). Et c’est un petit royaume asiatique pratiquement inconnu, coincé entre la Chine et l’Inde, le Boutan, qui nous montre le chemin dans ce domaine.

Le film touche à beaucoup d’autres questions importantes, comme la sacralisation de l’argent tout-puissant, la quasi déification de la croissance par tous les grands dirigeants politiques, la création de monnaies locales qui transforment radicalement des régions entières et rapatrient les activités économiques au bénéfice de ceux qui en ont besoin. Mais le passage sur le BNB est lumineux, tellement il est EVIDENT. De voir toute la politique d’un pays dirigé par cette notion (un pays qui entre autres a banni la publicité !) de voir des écoliers nous expliquer l’importance fondamentale de ce concept, aussi pour notre survie écologique, donne une joie profonde et suscite un immense espoir.

Enseignants, montrez ce film à vos élèves, citoyens de tout bords, circulez-le dans vos clubs, discutez- en au travail. On peut vraiment vivre autrement et en retirer une joie sereine et un contentement profond. Personnellement j’en fais l’expérience depuis 50 ans. Je n’ai jamais de toute ma vie fait un achat à crédit, j’ai possédé une mini-Morris d’occasion pendant 18 mois il y a 52 ans, je vis pratiquement sans désirs matériels, ayant découvert que la joie vraie, le bonheur profond sont en nous. Et pour celles et ceux qui aspirent à une qualité de vie infiniment supérieure grâce entre autres à une consommation matérielle plus modeste combinée à une transformation de leur écologie intérieure, je vais mettre sur pied un nouveau stage le 25 novembre à Genève qui couvrira plusieurs des thèmes de ce blog. (Il paraîtra très prochainement sur notre site).

https://greenpeacefilmfestival.org/les-films/edition-2017/les-films-en-competition-2017/finance-et-economie/sacre-croissance/

 

 

blog1aout17

L’institut « Heart Math », un institut de recherche scientifique unique au monde, situé à Boulder Creek aux USA, mène des recherches sur notre cœur qui bouleversent nombre d’idées reçues.

« All you need is love » (tout ce dont vous avez besoin est l’amour) chantait John Lennon. Nombre de lecteurs de ce blog seraient sans doute d’accord. Mais la question reste : comment est-ce qu’on créé l’amour ? Utilisant une méthode ultra simple consistant en quelques exercices que n’importe qui peut faire n’importe où pendant quelques minutes, l’Institut est en train de combattre avec succès ce qui est probablement le plus grand obstacle au monde à la santé, au bonheur et à la paix : le stress. 

Chaque battement de cœur  communique une information qui affecte nos émotions, notre santé physique et la qualité de notre vie. Ainsi des sentiments  de compassion, d’appréciation et d’amour produisent un rythme cardiaque serein et que l’Institut appelle « cohérent », alors que des sentiments de colère, de frustration, de peur ont l’effet contraire. Et différents rythmes cardiaques ont des impacts différents sur les réactions chimiques, électriques et même neurologiques du corps.

Ainsi si vous ressentez plus d’amour, non seulement cela a un effet bénéfique sur votre humeur, mais votre corps génère plus de DHEA, une hormone qui produit l’androgène et l’estrogène et dont la production diminue dès 30 ans, ce qui accentue le vieillissement. Plus d’amour est également lié à la diminution de la production de cortisol (une hormone relié à Alzheimer, le diabète et la dépression) tout en stimulant la production de l’immunoglobine A qui elle renforce le système immunitaire.

Parmi les approches très simples enseignées par l’Institut, l’une consiste à consciemment centrer notre attention sur une émotion positive, voire un souvenir que vous chérissez profondément. Le rythme cardiaque change immédiatement. Le changement peut être physiologiquement observable en quelques minutes. 

La force de l’Institut est de proposer des exercices très simples qui ne demandent que quelques minutes pour avoir un impact. Mais le clou de l’expérience est d’avoir découvert qu’un rythme cardiaque cohérent a un impact même sur les personnes qui travaillent proches de vous.

Vous avez un chef de service qui a sans cesse des sautes d’humeur ? Alors vous avez une précieuse clé pour modifier son comportement !

(Des informations beaucoup plus détaillées seront intégrées au nouveau cours mentionné à la fin du blog de juillet)

 

blog1juillet17

Nous vivons une époque ou tout est remis sans cesse en question, dans tous les domaines, à commencer par la science et la médecine. Ainsi jusqu’à récemment, c’était un quasi dogme pour ces deux domaines que le processus de vieillissement était inévitable et rectiligne selon une courbe descendante.

Or de récentes recherches, notamment sur l’ADN et les telomères, suggèrent l’exacte contraire. La doctoresse Elisabeth Blackburn, Prix Nobel de Médecine pour ses recherches dans ce domaine, a été jusqu’à dire : « Vous pouvez éviter de vieillir et même inverser le processus ». Avec l’âge, les télomères (situés à l’extrémité de notre ADN) raccourcissent et sont des témoins de ce vieillissement. Or le Dr. Dean Ornish, fondateur mondialement connu de l’Institut de Recherche de Médecine Préventive de l’université de Harvard, a avancé que « les télomères se rallongent dans la mesure où les gens changent leur mode de vie.» Parmi les nombreux facteurs qui peuvent concourir à cet inversion du vieillissement, mentionnons tout ce qui contribue à un style de vie équilibré, une bonne maîtrise de toutes les formes de stresse, un alimentation végétarienne saine, des émotions apaisées et même la méditation.

Dès l’an prochain, Vivre Autrement offrira un stage sur cette question.

(En juillet-août, il n’y aura qu’un blog le premier du mois)

smartphone

Un cher ami qui me coach en informatique depuis des années discutait avec sa compagne d’un endroit où passer des vacances. Il avait son smartphone sur la table où ils discutaient. Ils évoquent l’île de Mayotte. Très peu de temps après, elle reçoit sur sa page Facebook une publicité pour des vacances à… vous avez deviné juste, Mayotte.

Que nous le voulions ou non, si nous sommes quelque peu branchés, nous sommes sous surveillance constante de la multitude de services et commerces qui veulent à tout prix nous refiler leur marchandise. Selon un récent éditorial de l’excellent chroniqueur du monde des multimédia du journal Le Temps, Anouche Seydtaghia, Google par exemple est maintenant « capable de faire un lien entre un clic sur l’une de ses publicités et un achat par carte de crédit dans un magasin physique… Désormais Google étend sa surveillance à tous les supermarchés, boutiques, restaurants, musées, stations service ». De plus en plus, nos achats dans tous les domaines vont être compilés, évalués … et revendus à des tiers de tous ordres pour continuer à nous refiler des produits dont nous n’avons vraiment pas besoin. « Le signal est clair : les données personnelles deviennent une marchandise comme une autre, monnayable à n’importe quel prix ».

earthlinkedhands

En 1954, un des plus grands penseurs du siècle dernier, Albert Einstein, écrivait : « Un être humain fait partie d’un tout que nous appelons l’univers. Il fait l’expérience de lui même, de ses pensées, de ses sentiments comme quelque chose de séparé du reste, une sorte d’illusion d’optique de la conscience. Cette illusion est une sorte de prison pour nous, nous restreignant à nos désirs personnels et à notre affection pour quelques personnes qui nous sont les plus proches. Notre tâche est de nous libérer de cette prison en élargissant notre cercle de compassion pour embrasser toutes les créatures vivantes et toute la nature dans sa beauté. »

La bonne nouvelle c’est que de plus en plus de personnes sont conscientes de cet impératif dont dépend la survie de notre race. Le défi c’est que le temps presse et que l’usage universel des portables pousse de plus en plus de gens à s’enfermer dans de petites bulles mentales qui les isolent des défis de notre époque (thème du prochain blog du 15 juin).

Car de plus en plus, la recherche scientifique nous fait découvrir à quel point tout dans notre stupéfiant univers est totalement relié, au-delà de tout ce que nous pouvions imaginer dans nos rêves les plus fous. Les arbres et autres plantes communiquent sans cesse de façon étonnante - par exemple sur les dangers les menaçant. Ma méditation pour le monde peut empêcher une personne à l’autre bout de l’Europe (ou du monde) de se suicider. « L’effet colibri » de mes achats, reliés à des millions d’autres, peut aider paysans du bout du monde à progresser vers plus de dignité. Les exemples sont tellement nombreux qu’ils rempliraient plusieurs livres.

Et nous découvrons avec émerveillement ce que certains de plus grands mystiques nous disent depuis la nuit des temps : tout est la manifestation de l’Un infini, mon corps, notre environnement … tout est LA Vie en train de se manifester.

Image by Stephen Coburn

dalai lama 2

Celui qui est devenu sans conteste une des principales autorités morales et spirituelles de la planète a fait l’affirmation suivante qui résume un des aspects les plus malsains d’une société qui a par ailleurs des dimensions aussi extrêmement positives.

« Les personnes furent créés pour être aimées. Les choses furent créées pour être utilisées. La raison pour laquelle le monde est en état de chaos est parce que les choses sont aimées et les personnes sont utilisées. » Augmenter la consommation est devenu le mot d’ordre de pratiquement tous les gouvernements de la planète - et cela au dépens du bonheur et de l’environnement. Pourquoi sur pratiquement toutes les publicités montrant des gens, ces derniers ont-ils le sourire ? Parce que le message subliminal est : consommez et vous serez heureux. C’est tout simplement un mensonge. Et le résultat est une société où de plus en plus de gens souffrent de burn-outs, où les cabinets des psychiatres débordent et où tout le monde court du matin au soir, car « le temps c’est de l’argent » (Vraiment ?)

balance

Mike Dooley est un formateur anglo-saxon très connu qui envoie quotidiennement par internet de petits billets dans le domaine du développement personnel (theuniverse@tut.com). Un récent message du mois passé nous amène une note d’optimisme bienvenue. Parlant de ce qui semble être un monde de plus en plus troublé il écrit :

Ce que nous observons est la tempête avant le calme, des manifestations spontanées et imprédictibles d’une peur individuelle et collective causée par une demande réprimée pour un monde plus juste. Ce blocage temporaire découle du fait que beaucoup de gens s’attendaient à ce qu’un système cassé se corrige lui-même, oubliant que seuls les individus peuvent le faire.

Pourtant partout dans le monde nous voyons des étincelles causées par des gens qui se réveillent. Le géant endormi en nous tous est en train de se réveiller. Les changements merveilleux en attente se produiront rapidement dans la mesure ou nous nous transformons nous-mêmes et cela a déjà commencé. La seule chose nécessaire est qu’un certain nombre de personnes fassent pencher la balance en devenant plus conscients, plus responsables, plus transparents, laissant derrière elles de vieilles habitudes et en créant de nouvelles, afin que nous vivions nos rêves les plus fous - même si d’autres ne font rien.

Ne sentez-vous pas l’énergie qui monte plus chaque jour ? Maîtrisez-là en pensée, parole et action. Décidez ce que vous désirez et qui vous voulez être!  Imaginez-le, parlez-le, agissez en conséquence Pour autant que vous le pouvez, suivez votre cœur. … Soyez plus concerné par la joie qui n’est éloignée que de quelques pensées, paroles ou pas. Ceci est votre droit de naissance. Vous avez déjà acquitté toutes vos dettes, le pendule penche vers vous et c’est maintenant votre tour.

blog15avril17

Peut-être que la prise de conscience la plus fondamentale de l’existence est la suivante : nous créons notre propre réalité et façonnons notre corps même par nos attentes et nos pensées - et cela au-delà de tout ce que nous imaginons Tout dans nos vies est aussi réel que nous le rendons : tout ce que nous voyons et entendons, ce que nous ressentons même, n’est jamais une donnée « objective » et n’a aucune autre réalité que celle que nous lui accordons.

Dans notre existence, minute après minute nous avons le choix entre le OUI et le NON, se sentir victime ou exprimer notre responsabilité, entre la complainte et la gratitude. Je n’hésiterais pas à avancer que la gratitude est notre principal outil pour rester dans le positif. Impossible de ressentir en même temps une authentique gratitude et la plus petite parcelle de négativité, de complainte.

L’ univers veut notre bien au-delà de tout ce que nous aurions osé jamais imaginer. Un nombre croissant de penseurs soulignent que dans cet univers, la Source (l’Intelligence cosmique inouïe qui crée et dirige tout) conspire à chaque instant à notre bien, pour notre bonheur, pour nous faire progresser vers des horizons qui dépassent notre imagination. Alors comment ne pas ressentir une gratitude profonde pour cette assurance si forte qui permet de reposer dans la confiance que toutes choses - quelles qu’elles soient - concourent à chaque instant à notre bien ? Comme le dit le fameux ouvrage Un Cours en Miracles,  « Si vous saviez qui marche à vos côtés sur le chemin que vous avez choisi, la peur serait impossible »

blog1avril17

Jamais dans l’histoire de notre planète les êtres humains n’ont eu à faire face à une telle multitude d’informations, souvent contradictoires et anxiogènes, mais à l’occasion aussi positives (voir par exemple les nombreux sites d’informations positives … ou la rubrique POSITIF de ce site-ci !). Depuis l’arrivée d’internet, cette abondance est devenu un raz-de-marée. Chaque année nous consommons 10%  plus d’informations et en 2020 nous en absorberons 32 fois plus qu’en 2004. (Le Temps du 23/3/2017). Une source nous dit de nous méfier de l’eau du robinet, une autre de l’eau en bouteilles de plastique. Les perturbateurs endocriniens cancérigènes seraient partout et les tampons hygiéniques seraient responsables de chocs toxiques pouvant être graves… Ne parlons même pas des pesticides omniprésents.

La multiplication d’autres informations, a priori positives, suscite elle d’immenses problèmes de choix, que ce soit dans le domaine de la nutrition, du développement personnel, de la spiritualité … la liste est quasi infinie. Les sources d’autorité traditionnelle, que ce soit la médecine ou les religions, sont  remises en question parce qu’elles n’arrivent elles-mêmes plus à suivre. 

dolphins3

La presse de cette semaine nous révèle que les Suisses mangent beaucoup (trop de) viande, (780gr/ semaine, les hommes presque le double des femmes). 80 milliards de bêtes sont abattues par an dans le monde, soit deux mille par seconde, sans compter les poissons (dix fois plus).

Il convient donc de saluer le fait que, selon le site notre-planète.info le ministère de l’Environnement et des Forêts de l’Inde vient de reconnaître les dauphins comme des « personnes non humaines », et cela après avoir déjà exigé la disparition des tous les cirques du territoire indien, à cause de la maltraitance des bêtes dans tant de cirques. Cela représente un immense saut au niveau de l’évolution des consciences. Et c’est seulement un premier pas qui prédit un bel avenir au véganisme.

chaiseroulante

Là, vraiment Pierre, vous déraillez complètement ! La médecine parle tous les jours de maladies incurables, les revues et sites scientifiques en sont pleins, et vous osez avancer une chose aussi farfelue.

Le hic, c’est que j’ai une formation scientifique et je crois fondamentalement à l’approche scientifique de la réalité. Je crois que la totalité de l’univers est régi par des lois rigoureuses, jusque dans les plus petits détails. Et c’est justement à cause de cela que je fais cette affirmation. Donc je ne crois pas plus aux maladies dites incurables qu’aux soi-disant miracles. Les deux termes expriment simplement notre ignorance face à des phénomènes régis par des lois que nous n’appréhendons pas encore. (Cas de la guérison de la sclérose en plaques dans la pratique de Joe Dispenza mentionnée dans ma dernière lettre circulaire).

Vidéo: les ateliers

minivideo
Cliquer pour voir la vidéo

Lettre d'info

Ateliers

Poursuivre sa recherche de vie, trouver ou renforcer son ancrage intérieur, se recentrer...
> Présentation des ateliers
> Lien vers agenda

Entretiens

Conseil ou véritable écoute, dans un espace de liberté totale:
> Entretiens individuels

Cérémonies

entretiensiconDésirez-vous une cérémonie de mariage, des obsèques, un accueil d'enfant AUTREMENT?
Pour en savoir plus: Cérémonies

L'Art de Bénir

Au réveil, bénissez votre journée, car elle déborde déjà d’une abondance de biens que vos bénédictions font apparaître (...)
Lire la suite

Ouvrages de Pierre Pradervand

Pierre est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages parus en 13 langues. Découvrez les sur cette page.

Témoignages

Des participants à nos ateliers nous ont offert quelques témoignages touchants, à découvrir sur cette page

Contact

Vivre Autrement de Pierre Pradervand
Tél. +41 (0)22 784 15 71
ou +41 (0)79 360 30 61
Envoyer un e-mail à Pierre