• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15

Bienvenue

pierrebienvenue2 Une très cordiale bienvenue sur notre site. Depuis plus de 25 ans, 'Vivre Autrement' a offert à des milliers de participants des pistes et des outils de développement personnel et spirituel qui permettent à chacun de poursuivre sa recherche de vie, trouver ou renforcer son ancrage intérieur, se recentrer. Chacun-e peut découvrir un “mieux vivre” pour soi-même, à plus de 2000 mètres, au chalet Le silence qui chante dans un hameau alpestre niché paisiblement au flanc d’une montagne, dans un cadre alpin serein et majestueux, et lors de stages de week-end à Lausanne.

Depuis 1992, les ateliers ‘Vivre Autrement’ offrent un espace de développement personnel, d’épanouissement et de liberté dans un respect complet du cheminement individuel de ses participant-e-s.

Prochains ateliers

blogdec20Non, soyons plus modestes : celle de notre planète !

Il semble de plus en plus que cela fonctionne au niveau collectif comme au niveau individuel : soit nous apprenons par la souffrance et/ou nos erreurs, soit par ce qu’on peut appeler la sagesse.

Ainsi en est-il de la crise par laquelle nous passons actuellement. Allons-nous collectivement apprendre la leçon merveilleuse - même si elle est également dure - que l’univers nous force à apprendre, ou allons-nous retomber dans nos vieux réflexes collectifs (même s’ils sont légèrement amendés,) de consommation effrénée ? Si nous n’apprenons pas rapidement, la secousse suivante risque d’être infiniment plus corsée. Car si l’environnement se met sérieusement au travail pour nous corriger, la crise du Covid apparaîtra en comparaison comme une gentille course d’école où on a été simplement privé du pique-nique de midi.

Nous avons construit toute une civilisation sur l’hyper-consommation. L’achat est devenu un des actes fondamentaux de tout citoyen. De cette façon, nous avons construit une économie qui à long terme signifie vraiment la mort de notre système par hypertrophie.

Or, actuellement, quand des responsables économiques de haut niveau disent en public (comme ce matin à la radio Suisse-romande), « un troisième confinement signifie la mort de l’économie » ils ont peut-être raison. Alors faut-il refuser un troisième confinement, dut-il être médicalement nécessaire, ou accepter qu’un modèle économique invivable à long terme est au bout du rouleau ?

Pourtant il y a fort longtemps, que, comme disent nos amis anglophones, « the handwriting is on the wall » les signes avant coureurs sont plus que visibles. En 1984 déjà, j’ai donné un cours d’été à des enseignants valaisans sur le thème « Vivre Autrement » (qui devint huit ans plus tard le nom générique de mes stages), tellement il était déjà claire à cette période que nous allions droit dans un mur. J’ai récidivé en 1994 avec mon premier livre publié chez  Jouvence « Découvrir les vraies richesses - pistes pour vivre plus simplement. »

La balle est vraiment dans notre camp - le camp de chacun.e de nous - comme citoyen.ne.s du monde. Et je peux commencer à agir en modulant ma consommation non sur les cris stridents des vendeurs du Black Friday et de tous ceux qui veulent nous convaincre que tel ou tel produit est indispensable à notre satisfaction, notre bonheur, notre stand social, notre bien-être, que sais-je, mais sur ce que je sais au fond de moi être mes vrais besoins et le chemin de vie et les objectifs que je poursuis.

bhutan

Selon L’Agence Internationale de l’Energie, le courant photovoltaïque est désormais moins coûteux que le charbon ou le gaz. La Suisse est une des pionnières dans ce domaine.

Au niveau mondial, le coût de l’énergie a chuté d’environ 90% ces dix dernières années. Ceci est essentiellement dû au fait que le prix des panneaux photovoltaïques s’est effondré durant la dernière décennie, avant tout grâce à l’Allemagne et la Chine.

Mais en termes de pourcentage de l’électricité consommée, le solaire reste encore très en arrière, et pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 dans un pays comme la Suisse par exemple, il va falloir mettre plus que les bouchées doubles, à savoir multiplier la production actuelle par vingt.

Si vous pensez que vous avez peur de l’inconnu, ce n’est pas le cas.

Vous avez peur  de vos propres pensées et sentiments que vous projetez sur un écran noir inconnu.

Ceci est une chose que vous pouvez parfaitement régler.

La liberté vous attend.

(Paul Ferrini, Daily Wisdom Message)

 

bhutanPNB, je connais bien sûr, c’est le Produit National Brut, l’étalon sacré, quasi canonisé des économies modernes, mais le BNB ? Celui-là, je connais pas..

Eh bien, c’est simplement le Bonheur National Brut, l’étalon de mesure principal de cet étonnant petit pays de l’Himalaya, le royaume du Bhutan (plus petit que la Suisse avec environ 38’000km2, 700'000 habitants coincé entre la Chine et l’Inde).

Oui, Jigme Singye Wangchuk, le souverain fort éclairé de cet étonnant pays d’une beauté saisissante, dont les forêts couvrent 70% du pays, a décidé que le bonheur de ses concitoyens était plus important que de devenir un chiffre anonyme dans les statistiques de la Banque Mondiale. 

Les quatre piliers de son gouvernement sont : un développement soutenable, la protection de l’environnement, le respect et a préservation de la culture nationale et la bonne gouvernance. Le Bhutan est un des très rares pays de la planète à avoir un taux de carbone négatif, c’est-à-dire qu’il absorbe beaucoup plus de CO2 (6 millions de tonnes) qu’il n'émet (2,2 millions de tonnes). 

(On trouve sur Youtube un TED TALK absolument remarquable du Premier Ministre Tshering Tobgay sur les liens entre le bonheur et la préservation de l’environnement. Je n’ai jamais entendu un exposé aussi éclairé d’un politicien, jamais. Lien vers le TED Talk.

 

Quand vous êtes sérieusement engagés dans votre voyage intérieur, où vous allez à l’extérieur est sans importance.

Le vrai voyage est le voyage vers la paix dans votre propre cœur.

La seule question que l’on peut poser pendant le voyage intérieur est : « Êtes-vous en paix ? »

Si vous n’êtes pas en paix, alors vous vous êtes identifié.e à quelque chose en dehors de vous-même.

La paix est toujours là. Elle semble disparaître seulement parce que vous tournez votre attention ailleurs.

(Paul Ferrini, Daily Wisdom Message, Octobre 2017)

 

La règle du 3,5 pour cent

GandhiEn 1986, des millions de Philippins sont descendus dans les rues pour manifester paisiblement contre le régime archi corrompu et autocratique de président Marcos dont les concitoyens les plus pauvres croupissaient dans de sordides bidonvilles, et cela dans un pays aux immenses ressources naturelles. Après quatre jours, Marcos capitulait. En 2003, le peuple de la Géorgie mit le président Eduard Shevardnadze à la porte grâce à la Révolution des Roses au cours de laquelle des milliers de protestataires ont pris d’assaut le parlement avec des roses dans leurs mains. L’an passé, au Soudan et en Algérie les présidents ont tous les deux choisi de quitter la présidence après des décennies au pouvoir grâce à des campagnes de manifestations populaires non violentes. Dans chaque cas, la résistance civile de milliers de citoyens comme vous et moi ont triomphé d’élites politiques qui se croyaient intouchables dans leur pouvoir et leurs confortables privilèges.

Il y a bien sûr de nombreuses raisons éthiques de privilégier des approches non violentes au changement. Mais des recherches extrêmement fouillées d’Erica Chenoweth de l’université de Harvard aux USA confirment que la désobéissance civile n’est pas seulement un choix moral, c’est aussi la démarche le plus efficace pour aboutir au changement. Après avoir examiné des centaines de campagnes dans le siècle écoulé, Chenoweth a découvert qu’il suffisait que 3,5% de la population participe activement dans les mouvements de protestation pour assurer un changement politique important. En général, les manifestations non violentes avaient réussi plus de la moitié du temps (53%) contre un quart seulement (26%) pour les mouvements violents. Parmi les 25 plus grands mouvements de protestation étudiés, 20 étaient non violents et 14 des succès incontestables. De plus, les campagnes non violentes attiraient en moyenne  quatre fois plus de participant.e. s (200'000) que les mouvements violents (50'000). 

Et rappelons-nous que le père de la non violence utilisée comme outil politique moderne, Gandhi, dont la presse britannique se moquait comme ce petit homme à moitié nu, a réussi à faire capituler le plus grand empire que l’histoire ai jamais connu, l’Empire Britannique.

(Source : BBC News, 13/5/19, sauf pour le dernier paragraphe.)

 

sautperche

En 2003, l’Etat indien du Sikkim a interdit l’importation de tous les pesticides, herbicides, engrais synthétiques et OGM. En 2016, il est devenu le premier Etat au monde certifié biologique.

La transition a été difficile pour les agriculteurs, qui ont vu leurs rendements chuter les trois premières années, mais depuis les rendements de la plupart des cultures sont plus élevés qu’avant la transition.  Par exemple la principale culture commerciale, la cardamone, a vu sa production bondir de 23%, en partie grâce au retour en force des pollinisateurs. Quant au tourisme, depuis le passage de l’Etat au bio 100%, il a augmenté de  … 70%, attiré aussi par des espèces animales rares comme le panda rouge, l’ours de l’Himalaya, le léopard des neiges et les yaks. Toute personne surprise à utiliser des pesticides est passible d’une très forte amende ou même de trois ans de prison. 

Comme ailleurs, le pays densément peuplé qu’est l’Inde a dû apprendre à ses dépens les graves dégâts que l’agriculture industrielle fait aux rivières, aux sols, à la qualité de l’air et surtout la santé de sa population Aussi le gouvernement prévoit-il de reproduire ailleurs cette expérience unique au monde.

De combien de façons pouvons-nous éviter d’être présents ?

Le nombre semble infinivu que nos esprits s’envolent si souvent vers le passé ou l’avenir.

Se pourrait-il que notre attirance vers la beauté et la tranquillité des arbres et des plantes est parce qu’ils ne possèdent pas (pour autant que nous en soyons conscients) la capacité d’être autre chose que présents ?

A mesure que je me permets d’être pleinement ici et maintenant en laissant tomber - pour l’instant présent - le besoin d’être différent d’une manière quelconque, je trouve en moi une présence qui semble aussi solide et paisible qu’un chêne.

Je me sens plus enraciné et connecté à la Vie que jamais.

Mon esprit est surpris de cette paix et mon âme sourit simplement.

busdriver

Quel puissant message d’espoir qu’apporte le COVID 19 en amenant même certains des défenseurs les plus acharnés du système économique dominant à se poser des questions sur un système qui révèle son immense fragilité. 

Car après tout n’est-il pas incroyable qu’un microscopique virus mette à genoux en quelques semaines le système économique le plus puissant que la planète ait jamais connu ?

Mais la bataille du bon sens contre l’égoïsme outrancier du système a à peine commencé. De puissants représentants de ce dernier croient encore qu’il pourrait - et devrait - être sauvé. Même nos gouvernements parlent de renouer avec la croissance. Il n’y a rien de mauvais dans la croissance en tant que telle - elle est même à imiter sans limite s’il s’agit de la croissance de la compassion ou de la sagesse. Mais la croissance peut aussi être totalement maladive, comme la croissance d’une tumeur cancéreuse telle que celle engendrée par un système économique qui n’a d’autre objectif que l’accroissement maximum du profit dans un minimum de temps pour une minuscule minorité (environ 130 multi-milliardaires concentrent une fortune équivalente aux revenus de 40% des plus pauvres de la planète). Une telle croissance ne peut qu’engendrer le désastre - et le désastre est déjà total depuis bien plus d’une génération pour les 40% mentionnés. Alors que pouvons-nous faire, vous et moi ? C’est là LA question qui nous concerne tous. 

Vidéo: les ateliers

minivideo
Cliquer pour voir la vidéo

Lettre d'info

Ateliers

Poursuivre sa recherche de vie, trouver ou renforcer son ancrage intérieur, se recentrer...
> Présentation des ateliers
> Lien vers agenda

Entretiens

Conseil ou véritable écoute, dans un espace de liberté totale:
> Entretiens individuels

Cérémonies

entretiensiconDésirez-vous une cérémonie de mariage, des obsèques, un accueil d'enfant AUTREMENT?
Pour en savoir plus: Cérémonies

L'Art de Bénir

Au réveil, bénissez votre journée, car elle déborde déjà d’une abondance de biens que vos bénédictions font apparaître (...)
Lire la suite

Ouvrages de Pierre Pradervand

Pierre est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages parus en 13 langues. Découvrez les sur cette page.

Témoignages

Des participants à nos ateliers nous ont offert quelques témoignages touchants, à découvrir sur cette page

Contact

Vivre Autrement de Pierre Pradervand
Tél. +41 (0)22 784 15 71
ou +41 (0)79 360 30 61
Envoyer un e-mail à Pierre