• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15

Bienvenue

pierrebienvenue2 Une très cordiale bienvenue sur notre site. Depuis plus de 25 ans, 'Vivre Autrement' a offert à des milliers de participants des pistes et des outils de développement personnel et spirituel qui permettent à chacun de poursuivre sa recherche de vie, trouver ou renforcer son ancrage intérieur, se recentrer. Chacun-e peut découvrir un “mieux vivre” pour soi-même, à plus de 2000 mètres, au chalet Le silence qui chante dans un hameau alpestre niché paisiblement au flanc d’une montagne, dans un cadre alpin serein et majestueux, et lors de stages de week-end à Lausanne.

Depuis 1992, les ateliers ‘Vivre Autrement’ offrent un espace de développement personnel, d’épanouissement et de liberté dans un respect complet du cheminement individuel de ses participant-e-s.

sautperche

En 2003, l’Etat indien du Sikkim a interdit l’importation de tous les pesticides, herbicides, engrais synthétiques et OGM. En 2016, il est devenu le premier Etat au monde certifié biologique.

La transition a été difficile pour les agriculteurs, qui ont vu leurs rendements chuter les trois premières années, mais depuis les rendements de la plupart des cultures sont plus élevés qu’avant la transition.  Par exemple la principale culture commerciale, la cardamone, a vu sa production bondir de 23%, en partie grâce au retour en force des pollinisateurs. Quant au tourisme, depuis le passage de l’Etat au bio 100%, il a augmenté de  … 70%, attiré aussi par des espèces animales rares comme le panda rouge, l’ours de l’Himalaya, le léopard des neiges et les yaks. Toute personne surprise à utiliser des pesticides est passible d’une très forte amende ou même de trois ans de prison. 

Comme ailleurs, le pays densément peuplé qu’est l’Inde a dû apprendre à ses dépens les graves dégâts que l’agriculture industrielle fait aux rivières, aux sols, à la qualité de l’air et surtout la santé de sa population Aussi le gouvernement prévoit-il de reproduire ailleurs cette expérience unique au monde.

De combien de façons pouvons-nous éviter d’être présents ?

Le nombre semble infinivu que nos esprits s’envolent si souvent vers le passé ou l’avenir.

Se pourrait-il que notre attirance vers la beauté et la tranquillité des arbres et des plantes est parce qu’ils ne possèdent pas (pour autant que nous en soyons conscients) la capacité d’être autre chose que présents ?

A mesure que je me permets d’être pleinement ici et maintenant en laissant tomber - pour l’instant présent - le besoin d’être différent d’une manière quelconque, je trouve en moi une présence qui semble aussi solide et paisible qu’un chêne.

Je me sens plus enraciné et connecté à la Vie que jamais.

Mon esprit est surpris de cette paix et mon âme sourit simplement.

busdriver

Quel puissant message d’espoir qu’apporte le COVID 19 en amenant même certains des défenseurs les plus acharnés du système économique dominant à se poser des questions sur un système qui révèle son immense fragilité. 

Car après tout n’est-il pas incroyable qu’un microscopique virus mette à genoux en quelques semaines le système économique le plus puissant que la planète ait jamais connu ?

Mais la bataille du bon sens contre l’égoïsme outrancier du système a à peine commencé. De puissants représentants de ce dernier croient encore qu’il pourrait - et devrait - être sauvé. Même nos gouvernements parlent de renouer avec la croissance. Il n’y a rien de mauvais dans la croissance en tant que telle - elle est même à imiter sans limite s’il s’agit de la croissance de la compassion ou de la sagesse. Mais la croissance peut aussi être totalement maladive, comme la croissance d’une tumeur cancéreuse telle que celle engendrée par un système économique qui n’a d’autre objectif que l’accroissement maximum du profit dans un minimum de temps pour une minuscule minorité (environ 130 multi-milliardaires concentrent une fortune équivalente aux revenus de 40% des plus pauvres de la planète). Une telle croissance ne peut qu’engendrer le désastre - et le désastre est déjà total depuis bien plus d’une génération pour les 40% mentionnés. Alors que pouvons-nous faire, vous et moi ? C’est là LA question qui nous concerne tous. 

busdriverIl y a quelques années, j’ai découvert avec émerveillement une nouvelle forme de magie : exprimer son appréciation aux autres pour quelque chose qu’ils avaient réalisé. Et la vie moderne nous offre à chacun.e mille occasions différentes de manifester cette magie.

Un petit exemple : j’habite dans une commune qui fait un effort exceptionnel pour décorer les lieux publics. Les fleurs multicolores sont partout et c’est fait avec un art consommé.  Quelle joie de voir le visage d’un cantonnier ou jardinier de la commune s’illuminer quand je le félicite pour ce que lui et ses collègues réalisent. Et j’en remets ! Car où que l’on se tourne, le regard tombe sur des fleurs ou plantes vertes arrangées avec un immense goût.  C’est devenu presque un nouveau sport pour moi. 

Pourquoi pas remercier cette caissière pour son sourire radieux, où le chauffeur de bus pour sa dextérité à conduite son immense engin… et être accueilli par un «ça alors, personne ne m’a jamais dit cela » ou un commentaire similaire qui soulignent combien nous prenons comme allant de soi ce qui implique très souvent un immense investissement personnel en effort, patience, intelligence, parfois courage, endurance et tant d’autres qualités.

Pour qu’aimer votre voisin comme vous-même le bénisse, vous devez faire de votre amour pour vous-même votre priorité numéro un.

Si votre amour pour vous-même n’est pas votre première priorité, alors aimer de façon altruiste vous épuisera  et vous finirez par sentir du ressentiment  envers ceux à qui vous donnez.

La vie ne marche que si prendre soin de vous de la façon la plus complète est votre priorité numéro un.

L’ego appelle cela égoïste.

La Grâce appelle cela intelligent.

 

blogmai20Nous connaissons tellement peu sur l’origine des produits que nous consommons quotidiennement, et pour cause : ils proviennent de pratiquement tous les pays du monde. Impossible de connaître les conditions de production à moins qu’un label ne les garantisse … et encore. Alors quand un site comme l’excellent site français www.notre-planète.info nous informe sur les conditions de production de la mode, on ne peut que dire merci – et surtout rectifier le tir.

Selon cette source (de laquelle nous tirons les informations qui suivent) l’industrie de la mode est d’abord une des plus polluantes au monde. Entre l’utilisation de produits chimiques pour la production et la fabrication des fibres, le gaspillage effarant de ressources pour nous vendre des vêtements dont nous n’avons souvent absolument pas besoin, les distances parcourues par certains vêtements (un jean peut parcourir 65’000km, soit une fois et demie le tour du monde, du champ de coton à la boutique !) la pollution des eaux (la teinture est le 2è pollueur d’eau dans le monde) … c’est une véritable catastrophe écologique. Ainsi à chaque lavage, les fibres synthétiques rejettent des microparticules de plastique (estimées à 500'000 tonnes qui terminent dans les océans  … ou nos corps.)

Moins de 1% de nos vêtements sont recyclés, et peu d’industries sont aussi habiles pour nous vendre des produits dont nous n’avons la plupart du temps pas le moindre besoin que l’industrie de la mode : nouvelles collections saisonnières, soldes en promotion, lesquelles périodes de soldes sont annoncées comme une naissance dans un couple royal, prix rabotés … Tous les trucs éculés du marketing sont bons … parce qu’ils marchent !

Le pire de tout est que ces vêtements sont produits dans des pays surtout asiatiques dans des conditions qui constituent indéniablement un esclavage moderne: salaires de misère qui permettent à peine de survivre, enfants de 6 ans qui travaillent 64 heures par semaine, voire déjà à 4 ans accroupis par terre à tisser de la laine.

Les conditions de travail des ouvrières ne sont guère meilleures.

MAIS ALORS QUE FAIRE ?

Il y a beaucoup qu’une personne consciente et décidée peut faire, comme par exemple :

  1. Eviter les achats compulsifs (qui découlent souvent d’un manque d’estime de soi, d’une insécurité intérieure, etc)
  2. Acheter d’occasion plutôt que neuf
  3. Recycler ce qui ne peut plus se porter
  4. Acheter dans des entreprises qui s’engagent pour une production plus respectueuse de l’environnement (mais il faut reconnaître que leurs produits sont souvent chers)
  5. Avant tout travailler …. sur l’image de soi. Depuis 30 ans je travaille comme volontaire dans une fondation dont le directrice est une des personnes que je respecte le plus au monde à cause d’une cohérence de vie que j’ai rarement rencontrée. Elle est toujours impeccablement habillée … avec des habits qui ont 20, 30 ans et plus. Elle me montrait même l’autre jour une cape qu’elle portait en loden bavarois et disait en riant, « Cela fait 40ans que je la porte ». (Comme une reine j’ajouterais).

Un merveilleux proverbe arabe dit: »Celui qui veut faire quelque chose trouve un moyen, celui qui ne veut rien faire trouve une excuse ». Toute personne motivée et ayant accès à un portable peut d’une part s’informer – car sur cette question on trouve absolument tout sur internet – et surtout, si vous faites trop souvent des achats compulsifs, vous pouvez chercher à comprendre les racines intérieures qui vous poussent à faire ces achats. Et agir en conséquence.

positif mai20Dans les années 60, j’étais un des responsables d’une enquête nationale sur plus de 2000 couples portant entre autres sur le nombre moyen d’enfants par femme. Le nombre moyen frisait 6 enfants par femme. Aujourd’hui le chiffre est d’environ 2,4. Dans de nombreux pays occidentaux, la population de nationaux ne se renouvelle même pas. (Pour qu’une population reste stable, il faudrait qu’une femme ait en moyenne environ 2,2 enfants). En Suisse, la moyenne d’enfants par femme est seulement de 1,5  (France: 2.0) et sans l’apport des migrants nos pays se dépeupleraient.

D’après les Nations Unies, la population du globe qui approche actuellement les 8 milliards, atteindra autour d’environ 9,5 milliards en 2050, date à laquelle on pense qu’elle se stabilisera. 

Une saine gestion de nos ressources, et notamment une agriculture qui retrouverait des méthodes infiniment plus saines de culture comme la permaculture au lieu de la pompe à pesticides actuelle utilisée dans tant de pays et qui pollue toute la planète, permettrait de nourrir une population même bien plus nombreuse.

Vidéo: les ateliers

minivideo
Cliquer pour voir la vidéo

Lettre d'info

Ateliers

Poursuivre sa recherche de vie, trouver ou renforcer son ancrage intérieur, se recentrer...
> Présentation des ateliers
> Lien vers agenda

Entretiens

Conseil ou véritable écoute, dans un espace de liberté totale:
> Entretiens individuels

Cérémonies

entretiensiconDésirez-vous une cérémonie de mariage, des obsèques, un accueil d'enfant AUTREMENT?
Pour en savoir plus: Cérémonies

L'Art de Bénir

Au réveil, bénissez votre journée, car elle déborde déjà d’une abondance de biens que vos bénédictions font apparaître (...)
Lire la suite

Ouvrages de Pierre Pradervand

Pierre est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages parus en 13 langues. Découvrez les sur cette page.

Témoignages

Des participants à nos ateliers nous ont offert quelques témoignages touchants, à découvrir sur cette page

Contact

Vivre Autrement de Pierre Pradervand
Tél. +41 (0)22 784 15 71
ou +41 (0)79 360 30 61
Envoyer un e-mail à Pierre