Bienvenue

Une très cordiale bienvenue sur notre site. Depuis plus de 20 ans, 'Vivre Autrement' a offert à des milliers de participants des pistes et des outils de développement personnel et spirituel qui permettent à chacun de poursuivre sa recherche de vie, trouver ou renforcer son ancrage intérieur, se recentrer. Chacun-e peut découvrir un “mieux vivre” pour soi-même, à plus de 2000 mètres, au chalet Le silence qui chante dans un hameau alpestre niché paisiblement au flanc d’une montagne, dans un cadre alpin serein et majestueux, et lors de stages de week-end à Lausanne.

Depuis 1992, les ateliers ‘Vivre Autrement’ offrent un espace de développement personnel, d’épanouissement et de liberté dans un respect complet du cheminement individuel de ses participant-e-s.

Qui est responsable de vous aimer?

Écrit par Pierre le . Publié dans Désapprentissage

Ne vous focalisez pas sur comment les autres vous traitent,
Concentrez-vous sur comment vous vous traitez vous-même.

Si par exemple vous êtes dans une relation abusive,
Ne vous focalisez pas sur le comportement de l’abuseur.
Au contraire, observez le vôtre.

Demandez-vous si de décider d’être avec une personne abusive,
Est une façon sympathique de vous traiter vous-même.

Soyez responsable de vous aimer et de prendre soin de vous-même,
Et ne cherchez pas à donner cette responsabilité à qui que ce soit d’autre.

Dites à vous-même : « Je suis responsable de m’aimer,
Si je ne m’aime pas, personne d’autre ne le fera. »

Si vous êtes vraiment persistante dans cette pratique,
Vous cesserez de vous trahir vous-même.

Et quand vous cesserez de vous trahir vous-même,
Vous n’attirerez pas ceux qui abusent de vous.

(Avec l’autorisation de Paul Ferrini)

 

Révolutionner l'aide au développement

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

Une nouvelle organisation veut profondément transformer la façon dont se donne l’aide au développement international. Elle fut fondée et est financée par le multi-milliardaire indien Manoj Bhargava qui a décidé de donner 99%  de sa fortune à cette organisation dont l’objectif est de s’attaquer aux racines de la pauvreté dans le monde. Il s’attaque aux trois problèmes de base dans ce domaine : l’eau, l’énergie et la santé.  (www.billionsinchange.com)

Au lieu de simplement distribuer des fonds, Bhargava veut donner aux gens les moyens de se tirer eux-mêmes d’affaire. L’organisation utilise avant tout des ingénieurs qui cherchent à inventer des produits et machines bon marché, faciles à utiliser qui peuvent révolutionner l’accès  à l’électricité, l’eau potable et les soins de santé dans le monde.

Un exemple est la Machine Electrique Libre, qui a la forme d’un vélo hybride qui actionne une roue qui elle-même fait tourner un générateur qui charge une batterie, le tout sans pollution. La machine est simple, légère et petite. De pédaler pendant une heure produit de l’électricité  pour 24 heures, le tout sans facture !

Un autre exemple est le Faiseur de Pluie, une machine qui transforme l’eau de mer ou toute eau polluée en eau potable.

Une machine la taille d’une petite voiture peut produire plus de 3700 litres à l’heure. Et contrairement à d’autres systèmes de désalinisation, cette machine recycle la chaleur qu’elle produit en fonctionnant, ce qui en fait un modèle d’efficacité et de propreté.

Une fabuleuse prise de conscience

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

cobwebEn 1963 en Alabama, au début de la lutte pour les droits civiques, le grand Martin Luther King disait, : « L’injustice n’importe où est une menace à la justice partout. Nous sommes tous pris dans un réseau de réciprocité auquel nous n’échappons pas, reliés par une destinée qui est comme un vêtement qui nous tient tous. Ce qui affecte l’un directement, affecte tous indirectement. »

Une des tendances mondiales dont nous prenons tous de plus en plus conscience chaque jour est à quel point nous sommes tous reliés, au-delà même de ce que nous pouvons même commencer à imaginer. Cela est vrai non seulement des êtres humains entre eux, mais de toutes les formes de vie sur la planète et de nos liens avec cette même planète. L’idée dangereuse que nous pouvons mener nos petites vies pépères dans nos petits paradis privés (idée chérie si longtemps par mes compatriotes suisses) est définitivement morte. Enterrée à tous jamais. Même si je n’en suis pas encore conscient, même si ces effets matériels ne sont pas encore ressentis ici, la mort d’un enfant dans un bidonville de Karachi a un impact direct sur notre destinée. La vôtre. La mienne.

Les « brexit » mentaux que nous pratiquons face aux injustices du monde, c’est fini.

Les Voies de Soi - Pierre Pradervand

Écrit par Pierre le . Publié dans Galeries video

vignettevoiesdesoiAu printemps 2016 j’ai été contacté par Denis-Fabien Carlin, un producteur de vidéos français, qui désirait réaliser une vidéo où je présenterais certaines idées clés de mes stages Vivre Autrement. Cela fut un plaisir de réaliser cet entretien très direct, où j’ai parlé spontanément, sans aucune préparation, ne connaissant même pas les questions qui me seraient posées. Les premières réactions ayant été très positives, et grâce à la générosité de Denis-Fabien, je me fais un plaisir de mettre ceci à la disposition des visiteurs de mon site.

Recevoir inconditionnellement

Écrit par Pierre le . Publié dans Désapprentissage

Constamment, nous recevons inconditionnellement,
tant sur le plan spirituel que matériel.

La plupart des dons passent sans être reconnus 
parce que votre esprit a déterminé à l’avance
ce qu’il pense que vous devriez recevoir

Une demande de pardon du Canada à ses populations amérindiennes et inuit

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

A la fin de l’an passé, le Canada, par la parole de son premier ministre, Justin Trudeau, a fait une déclaration peut-être unique en Occident sur le traitement des nations indigènes du pays qui furent soumises à une véritable agression culturelle (et souvent physique : meurtres, assassinats). A l’instar de l’Afrique du Sud sous Mandela, le Canada avait en effet institué une Commission Vérité et Réconciliation pour enfin ouvrir un débat national de fond sur un des chapitres les plus sombres de l’histoire canadienne. C’est avant tout à travers les écoles indigènes que ce lavage de cerveau culturel d’une grande violence sur une échelle rarement égalée se produisit. Parlant des Amérindiens qui vinrent témoigner, Trudeau dit « Merci  pour votre extraordinaire courage et votre disponibilité à aider les Canadiens à comprendre ce qui vous est arrivé. … votre courage est un testament de votre résilience comme individus et de la force de vos cultures… Le fardeau de cette expérience a été sur vos épaules beaucoup trop longtemps. Ce fardeau est vraiment le notre comme gouvernement et comme nation. » Trudeau a parlé d’un renouvellement complet des relations entre le Canada et ses peuplades indigènes et d’une reconnaissance de nation à nation basée sur une reconnaissance des droits mutuels, de la coopération et du partenariat.

La violence dans le monde est due à de nombreuses raisons. Une d’entre elles a son origine dans le refoulement dans le subconscient collectif des crimes terribles de la colonisation et de la traite des esclaves (à laquelle de bonnes familles aristocratiques romandes ont participé). Il incombe à toutes les nations occidentales, détentrices autrefois de colonies, d’avoir la force morale de faire des déclarations similaires. De tels actes nationaux de repentance tel que le Canada a eu le courage de faire font partie du grand nettoyage mental nécessaire à l’échelle de la planète pour nous permettre d’aller de l’avant, libérés de la culpabilité refoulée de nos comportements d’hier. 

(En juillet-août, il n’y aura qu’un seul Positif par mois au lieu de deux.)

Vivre sans papiers en Suisse

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

Depuis sept ans, je m’occupe d’un jeune que j’ai rencontré en prison. Ses parents furent tués quand il avait 7-8 ans par des brigands en Côte d’Ivoire, son pays d’origine. Comme il n’avait pas de parents proches pour l’accueillir (ce qui est rarissime en Afrique) il part seul sur les routes. Au cours des années, il remonte la côte Ouest de sa région, passant par le Liberia et le Sierra Leone pour atteindre à 15 ans le Maroc via le S-E du Sahara. De Tanger il traverse en Espagne, puis passe 1-2 ans en France pour arriver vers 17 ans en Suisse. Il se présente à Vallorbe pour s’enregistrer comme requérant d’asile, où on l’envoie en Suisse centrale. Le canton qui a l’obligation légale de s’en occuper se refuse à le faire et il prend la route pour Genève où pendant cinq ans il vit littéralement dans le rue, survivant grâce à un centre qui offre des repas gratuits aux SDF et autres personnes sans attaches. 

Emprisonné pour un vol, je le rencontre à la prison locale où j’étais visiteur bénévole. (Pouvez-vous imaginer ce que c’est de vivre dans notre société sans jamais pouvoir se payer un café ou un portable, même à 15 euros,  acheter des habits, ou un livre, aller au cinéma ou au restaurant, aller chez le dentiste, où il faut prendre les transports publics à la sauvette… la liste est sans fin). Nous lions une vraie amitié - je suis encore aujourd’hui le seul ami qu’il ait au monde. Après notre première rencontre, je lui écris en prison et c’est la première lettre qu’il reçoit de sa vie. Il commence en prison à apprendre le français. C’est la première fois de sa vie qu’il dort dans un lit et qu’il a des repas réguliers.

Limites imaginaires

Écrit par Pierre le . Publié dans Désapprentissage

Les limites que vous vous créez seront vraies 
pour vous
jusqu’à ce que vous appreniez à les dépasser.

Alors elles cesseront d’être réelles.
Vous regarderez en arrière 
sur cette réalité que vous habitiez autrefois,
vous demandant comment vous avez bien pu supporter
ses étroites limites.

(Paul Ferrini, avec autorisation)

Quand le big business encourage la coopération

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

Pendant des décennies, la compétition entre employés faisait partie du catéchisme sacré de tout bon manager, à l’image de l’entreprise Enron, dont le patron, Jeff Skilling, avait pour livre de chevet Le gène égoïste, (du célèbre Richard Dawkins, l’apôtre de la compétition primale,) et instaura une compétition sans merci entre ses propres employés. (Actuellement il est sous les verrous, alors il semble qu’il y ait eu un petit hic quelque part). Or, le vent tourne, notamment suite aux épidémies de burn-out, suicides, démissions dans certaines entreprises qui montrent que la compétition, même si elle est temporairement favorable pour les bénéfices des actionnaires, est souvent catastrophique au niveau humain.

Alors il est étonnant et plus que réjouissant (on aurait presque envie de crier : Halleluliah !) quand un des plus grands PDG de la planète, fort respecté de ses pairs, Bill Ford, PDG de l’entreprise de voitures du même nom, dans un dialogue réellement d’avant garde (qu’on peut visionner sur Youtube) avec un des grands maîtres bouddhistes des USA, Jack Kornfield (qu’il décrit comme son coach spirituel depuis très longtemps), mentionne le rôle important de la compassion dans son travail à la tête d’une des premières entreprises de son pays. Parlant de la gestion des affaires, il affirme que « n’importe quelle entreprise est d’abord une question d’être humains » (« any business is always about people). Il avance même que la propriété privée de voitures est finie et que l’industrie automobile va mettre fin à sa dépendance sur les matières fossiles.

Ford est très loin d’être un cas isolé. Un peu partout, des entrepreneurs qui ont senti tourner le vent s’ouvrent à des approches radicalement nouvelles, forment des associations et commencent à soigner leur personnel qu’ils voient comme leur principale ressource. Ford mentionnait que dans son entreprise les employés ont du temps de congé pour le volontariat payé par l’entreprise - même à l’étranger ! 

Des changements absolument gigantesques se préparent dans absolument tous les domaines à l’horizon de nos sociétés que nous n’arrivons même pas à imaginer. «L’impossible» n’est jamais une réalité objective mais simplement une façon limitée de regarder le monde.

Alors attachez solidement vos ceintures et attention au départ!

Savez-vous écouter?

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

Nous vivons dans un monde où les gens communiquent, lisent ou regardent sans cesse (en oubliant quelques minutes plus tard ce qu’ils ont lu ou vu) et où la véritable écoute se perd de plus en plus. Car cette dernière est vraiment un art et ne s’improvise pas.

Une expérience récente a vraiment enfoncé le clou pour moi. J’ai reçu il y a quelque temps une personne qui était constamment dans la complainte et un jour au téléphone où elle recommençait je me suis permis  - très gentiment - de lui sortir une de ces bonnes phrases du stock que tout bon formateur à dans sa panoplie professionnelle. Elle a immédiatement éclaté en sanglots et j’ai réalisé que je ne l’avais pas vraiment écoutée alors que j’étais peut-être la seule personne sur qui elle pouvait déverser sa souffrance (elle vit totalement isolée, presque sans contacts).

Etre vous-même

Écrit par Pierre le . Publié dans Désapprentissage

Jusqu’à ce que vous décidiez que vous allez être vous-même,
quelle que soit la personne avec qui vous êtes,
vous ne trouverez pas la paix.

Vous serez une masquarade,
vos actions devenant une façade
pour votre manque d’authenticité.

Ceci ne signifie pas « Imposez-vous aux autres » ou 
« ne soyez pas ouverts au changement. »

Mais cela signife
« Découvrez cette partie de vous-mêmes 
qui survit à n’importe quel rôle
et nourissez-là.

La justice italienne à la pointe du progrès

Écrit par Pierre le . Publié dans Positif

Roman Ostriakov, 36 ans, n’avait pas de quoi acheter de la nourriture, alors en 2011 il vola pour moins de 5 euros de fromage et de saucisson dans un supermarché de Gênes en Italie. Il fut attrapé, jugé et reçut une amende de 100 euros et six mois de prison ferme. Une cour d’appel maintint la sentence. 

Mais en mai de cette année (les rouages de la justice vont lentement dans presque tous les pays), la cour la plus haute du pays,  La Cour Suprême de Cassation (Corte Suprema di Cassazione) émit un jugement très large soutenant qu’un vol d’aliments essentiels pour cause de survie ne constitue pas un délit !

Nous saluons cette décision et le pays où elle a été prise pour la vison morale exceptionnellement éclairée et d’avant garde qu’elle représente. Elle est un témoignage frappant du lent progrès moral qui se manifeste à l’échelle de la planète et qui constitue un encouragement très fort pour tous ceux qui croient en un tel progrès, malgré toutes les horreurs qui se manifestent encore sur cette terre.

Une femme hors du commun

Écrit par Pierre le . Publié dans Blog

katie

Ce blog est avancé de 10 jours pour permettre au maximum de personnes de participer aux présentations Byron Katie.

La scène du développement personnel dans le monde inclut des formateurs et personnalités pour tous les goûts et de toutes les couleurs, depuis certaines personnalités réellement éminentes, voire exceptionnelles à des gourous de pacotille, des débutants inexpérimentés et tant d’autres de toutes les nuances.

Une personne qui tient le haut du pavé depuis des décennies est Byron Katie. Son parcours atypique est étonnant. Femme d'affaires alcoolique, dépressive et constamment sous tranquillisants, Byron Katie mène jusqu'en 1986 une vie sans espoir. Elle alterne crises de boulimie et périodes d'abattement, jusqu'à la sensation de vivre un "effondrement de la personnalité ». Elle intègre alors un centre de cure. Elle avait une image tellement  négative d’elle-même qu’elle couchait par terre dans sa chambre, pensant ne pas mériter de dormir sur un lit !Durant son séjour et ses longues marches dans le désert Mojave, elle vit une forme d'éveil : Mais ce qui m’a le plus frappé chez elle est son affirmation que depuis son illumination elle n’a jamais perdu sa joie. Dans le monde d’aujourd’hui, il faut le faire comme on dit !

Ouvrages de Pierre Pradervand

Pierre est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages parus en 13 langues. Découvrez les sur cette page.

Témoignages

Des participants à nos ateliers nous ont offert quelques témoignages touchants, à découvrir sur cette page

Contact

Vivre Autrement de Pierre Pradervand
Tél. +41 (0)22 784 15 71
ou +41 (0)79 360 30 61
Envoyer un e-mail à Pierre